Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Depuis des semaines, l'ANC se déchire sur le sort à réserver au sulfureux Jacob Zuma, président sud-africain éclaboussé par de nombreux scandales de corruption (archives).

Keystone/EPA/STR

(sda-ats)

La question du départ anticipé du président sud-africain Jacob Zuma, qui divise profondément son parti depuis des semaines, a plongé mardi le pays dans la crise politique. Même le discours annuel du chef de l'Etat devant le parlement a été reporté.

La présidente du parlement, Baleka Mbete, a pris une décision historique mardi en reportant, à une date indéterminée, le discours sur l'état de la nation prévu jeudi. "Nous avons pensé qu'il était nécessaire d'assurer un climat politique plus propice" au discours du président, a-t-elle justifié. La crise empoisonnant le Congrès national africain (ANC), au pouvoir depuis la fin du régime d'apartheid en 1994, perturbe le bon fonctionnement de l'Etat.

Depuis des semaines, l'ANC se déchire sur le sort à réserver au sulfureux Jacob Zuma, éclaboussé par de nombreux scandales de corruption. Le président est devenu bien trop encombrant pour les partisans du nouveau chef de l'ANC, Cyril Ramaphosa, qui tentent de le pousser au plus vite vers la sortie alors que se profilent les élections générales de 2019.

Les pro-Zuma insistent eux pour que le chef de l'Etat termine son second mandat qui prend fin l'an prochain. Depuis des semaines, l'ANC a multiplié les réunions officielles et tractations en coulisses sans parvenir à une décision. L'affaire est devenue encore plus pressante à l'approche du discours annuel du président sur l'état de la nation, finalement repoussé.

Démission exclue

Dimanche soir, la direction du parti a rencontré le président Zuma à sa résidence de Pretoria pendant deux heures. Selon plusieurs sources proches du parti, le chef de l'Etat, qui s'est jusque-là joué de tous les obstacles politiques et judiciaires placés sur sa route, a catégoriquement exclu de démissionner.

Lundi, c'était au tour du comité de travail de l'ANC d'être convoqué en urgence pour "discuter de l'avenir du président Jacob Zuma", selon la secrétaire générale adjointe du parti, Jessie Duarte. Une fois de plus, il s'est avéré qu'il y avait des "positions différentes" sur le sujet, a-t-elle reconnu mardi.

Ce dossier empoisonné a du coup été transmis à la plus haute instance décisionnaire du parti, qui doit se réunir au Cap, la capitale parlementaire. "Nous espérons qu'une position sur ce sujet se dégagera à l'occasion du Comité national exécutif (NEC)", a avancé Mme Duarte. Le NEC est en mesure "de rappeler n'importe lequel de ses membres", y compris le président, a-t-elle précisé.

Motion de défiance

En 2008, c'est le NEC qui avait révoqué le président Thabo Mbeki, contraint dans la foulée de démissionner. En Afrique du Sud, le chef de l'Etat tient sa légitimité de son seul parti. Il n'est pas élu au suffrage universel direct, mais par les parlementaires.

"Zuma doit partir, et le plus tôt sera le mieux", a estimé mardi la fondation Nelson Mandela. Il "a abusé de la confiance des Sud-Africains (et) trahi le pays dont Nelson Mandela avait rêvé", a ajouté la fondation.

Si Jacob Zuma refusait de démissionner, l'ANC pourrait décider de soumettre au vote du parlement une motion de défiance ou engager une procédure de destitution. L'opposition a déjà déposé une énième motion de défiance qui sera débattue le 22 février. La dernière soumise au vote, en août, avait échoué à 24 voix près.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS