Navigation

Le sous-commandant Marcos quitte au Mexique la direction de l'EZLN

Ce contenu a été publié le 26 mai 2014 - 03:00
(Keystone-ATS)

Le sous-commandant Marcos a annoncé qu'il abandonnait la direction de la guérilla mexicaine EZLN. Son départ n'est pas dû à des raisons de santé, mais parce qu'il y avait eu des "changements internes" dans son organisation.

"Le remplacement au commandement n'intervient pas pour maladie ou pour décès, ni pour mutation interne, purge ou épuration", mais est dû à "des changements internes qu'a connus et que connaît l'EZLN", l'Armée zapatiste de libération nationale, est-il écrit dans son communiqué de plus de dix pages. Cette guérilla a été créée en 1994 dans l'Etat mexicain du Chiapas (sud-est).

Le sous-commandant Marcos, de son vrai nom Rafael Sebastián Guillén, né en 1957, écrit dans son style ironique habituel qu'en accord avec la direction de l'EZLN "Marcos cesse d'exister aujourd'hui".

Il était réapparu samedi après des années d'absence, à l'occasion des funérailles d'un de ses sergents dans le Chiapas, dans un quartier indigène de la ville de Las Margaritas, un bastion de l'Armée zapatiste de libération nationale.

Sa longue disparition avait alimenté les rumeurs selon lesquelles il avait une grave maladie. Un ancien négociateur gouvernemental avec ce groupe, Luis Alvarez, a à cet égard affirmé dans un livre qu'il souffrait d'un cancer du poumon.

Avec son éternel passe-montagne sur le visage, le sous-commandant Marcos a été le porte-parole du zapatisme à partir du soulèvement armé organisé par l'EZLN dès le 1er janvier 1994 pour défendre les droits sociaux du Chiapas. Il s'agit d'une des régions mexicaines ayant la plus forte proportion de population indigène du Mexique et ayant un niveau élevé de pauvreté et d'analphabétisme.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.