Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un feu vert des sociaux-démocrates achèverait de sauver la coalition gouvernementale allemande, dirigée par Angela Merkel, d'une grave crise (archives).

KEYSTONE/AP/MARKUS SCHREIBER

(sda-ats)

Les sociaux-démocrates (SPD), partenaires de la coalition gouvernementale allemande, vont passer mardi au crible le compromis sur la politique migratoire entre la CDU et la CSU. Les deux autres partis de la coalition ont trouvé cet accord lundi.

Présenté par la secrétaire générale de la CDU, Annegret Kramp-Karrenbauer, l'accord CDU-CSU prévoit des centres de transit installés à la frontière avec l'Autriche. Des migrants, ayant déjà demandé l'asile dans un autre pays de l'Union européenne (UE), y seraient maintenus en attendant la conclusion d'accords bilatéraux sur leur renvoi.

Ils pourraient alors être renvoyés - même si l'Autriche n'a pas donné son accord à cela. Vienne a laissé augurer de possibles problèmes à ce sujet, disant qu'elle devrait protéger ses frontières sud avec l'Italie et la Slovénie si l'accord allemand entrait en vigueur.

Le ministre de l'Intérieur allemand Horst Seehofer, qui avait mis sa démission dans la balance lundi afin d'obtenir ce compromis, se rendra prochainement à Vienne. Il s'est déjà entretenu au téléphone avec le chancelier autrichien, Sebastian Kurz.

"Solution réaliste"

Le compromis CDU-CSU donne à la fois gain de cause à Horst Seehofer, qui réclamait un durcissement de la politique migratoire, et à la chancelière, qui tenait au respect du principe de libre circulation des personnes au sein de l'UE.

La CDU d'Angela Merkel doit avoir bon espoir que le SPD acceptera de se rallier au compromis, ce qui achèverait de sauver la coalition gouvernementale allemande d'une grave crise. "Le SPD a dit oui lui aussi et veut accélérer le processus", a déclaré mardi matin à la chaîne ZDF Annegret Kramp-Karrenbauer. "Je crois que c'est une solution réaliste, à laquelle aussi les sociaux-démocrates peuvent se rallier."

Points à éclaircir

Une réunion doit se tenir ce mardi à partir de 18h00 à la chancellerie à Berlin, entre représentants des trois composantes de la grande coalition - CDU, CSU et SPD. Pour la dirigeante du SPD, Andrea Nahles, il reste encore nombre de points à éclaircir.

Les sociaux-démocrates, dont les députés devaient se retrouver mardi pour en débattre, ont rejeté jusqu'à présent l'idée de tels centres de transit. Certaines personnalités du SPD se sont d'ailleurs montrées très critiques envers le compromis intervenu au sein du camp conservateur. Mais au bout du compte, il semble peu probable que le SPD torpille l'accord et déclenche une autre crise politique.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS