Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

A Bormes-les-Mimosas, un foyer s'est déclaré mardi soir. L'incendie avait parcouru 1000 hectares dans la matinée. Certaines personnes évacuées ont préféré rester dans leur voiture ou passer la nuit sur la plage.

KEYSTONE/AP/NADINE ACHOUI-LESAGE

(sda-ats)

Plus de 10'000 personnes évacuées dans le Var, de nouveaux départs de feu dans le département voisin: les incendies ont détruit plus de 7'000 hectares dans le sud-est de la France et en Corse. Ils continuaient mercredi leur chemin dévastateur.

"A l'heure où nous parlons, il y a encore plus de sept incendies qui ravagent notre territoire", a déclaré le Premier ministre Edouard Philippe mercredi. Les secouristes luttaient pour le troisième jour consécutif contre le feu. Au total, 4'000 hommes sont déployés, appuyés par 19 bombardiers d'eau.

Nuit sur la plage

Dans la très touristique zone de Bormes-les-Mimosas, dont la population double voire triple en été, "entre 10'000 et 12'000 personnes ont été évacuées" dans la nuit, dont les campeurs situés dans des zones sensibles, a déclaré le maire de la commune varoise, François Arizzi.

Un foyer s'est déclaré mardi soir vers 22h50. Toutes les salles municipales avaient été ouvertes. Mais certains ont préféré rester dans leur voiture ou passer la nuit sur la plage, a-t-il précisé.

Mercredi en fin de journée, le feu était "en train de passer sous contrôle", a indiqué selon le représentant de l'État dans la région, Stéphane Bouillon, qui doit se rendre sur les lieux dans la soirée avec le Premier ministre Edouard Philippe. L'incendie a ravagé 1300 hectares.

Collines en feu

"Toutes les collines étaient en feu jusqu'à la mer", témoigne Jean-Paul Poinsart, 68 ans, un habitant de la région. La mairie de Bormes a appelé les touristes à ne pas regagner leur camping et à rester sur la plage jusqu'à nouvel ordre.

Mercredi "le feu n'(était) pas fixé": "il évolue tout doucement et a tendance à s'élargir un peu", en raison d'"un vent assez fort et violent", a indiqué le commandant des opérations de secours, Serge La Vialle. L'incendie a ravagé 1300 hectares et mobilisé plus de 550 sapeurs-pompiers, dont certains venus en renfort.

A La Croix-Valmer, près de Saint-Tropez, le feu qui a parcouru 500 hectares était considéré comme maîtrisé mardi soir. A Artigues, le sinistre a brûlé 1700 hectares avant d’être stoppé à 80 mètres des habitations du village de Seillons-Sources-d'Argens, qui a en partie été évacué. Cet incendie est considéré comme "tenu pas fixé".

Feu complexe

Sur un autre front, les pompiers faisaient face à de nouveaux départs de feu dans les Bouches-du-Rhône, le département voisin. Après un premier incident maîtrisé à Martigues (40 à 50 hectares de pinède parcourus), un autre "plus complexe" s'est déclaré à Peynier à la mi-journée, selon les autorités.

En Corse, près de 2000 hectares de maquis ont été détruits depuis lundi. "Le feu est stabilisé mais pas maîtrisé", ont précisé les pompiers.

Pas seule

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb s'était rendu en Corse, où il a annoncé la commande de six bombardiers d'eau de type Dash 8. La France a sollicité deux avions Canadair dans le cadre de l'aide européenne. Mardi soir, un premier avion prêté par l'Italie est arrivé en Corse.

La France n'était pas seule en Europe à être frappée par des incendies violents. Des feux continuaient de dévaster le centre du Portugal. En Allemagne en revanche, ce sont les pluies incessantes depuis mardi qui menacent d'inondation la région de Basse-Saxe (nord).

ATS