Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Neuchâtel - Le suicide par empoisonnement, qui inclut le suicide assisté et les médicaments, a progressé ces quinze dernières années en Suisse au détriment d'autres méthodes. La pendaison reste pratiquée par plus de 20% des personnes qui s'ôtent la vie, devant les armes à feu.
Ainsi, l'empoisonnement représentait 30% des suicides en 2008, contre 17% en 1995, selon les chiffres publiés mardi par l'Office fédéral de la statistique (OFS). Deuxième méthode privilégiée en Suisse, la pendaison (23% en 2008/27% en 1995), devant les armes à à feu (18%/28%). Les "autres méthodes de suicide" sont restées stables durant ce laps de temps, à 29% environ.
Les femmes préfèrent nettement l'empoisonnement (46%) et elles ne sont que 1,8% à utiliser une arme à feu. En outre, 13% se pendent et 39% choisissent une autre méthode. Chez les hommes, la pendaison domine (28%) avec les armes à feu (27%), devant les "autres méthodes" (23%) et l'empoisonnement (21%).
Les hommes sont deux fois plus nombreux que les femmes à se donner la mort, respectivement 861 contre 452 en 2008. Une proportion restée relativement stable entre 1995 et 2008 même si l'on note une tendance à la baisse chez les premiers et à la hausse chez les secondes.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS