Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'écrivain français Jérôme Ferrari a remporté mercredi le prix Goncourt, la plus prestigieuse distinction littéraire française, écartant ainsi le Genevois Joël Dicker. Avec "Le Sermon sur la chute de Rome", M. Ferrari a été désigné au deuxième tour par les jurés.

"J'envoie toute mon affection à Jérôme Ferrari que j'aime beaucoup. C'est un grand écrivain. Il a écrit un livre absolument magnifique qui fait de lui le premier ambassadeur de l'académie et je me réjouis de savoir que c'est lui qui fera rayonner les lettres de la langue française", a réagi M. Dicker.

Auréolé du prix de l'Académie française pour son oeuvre "La vérité sur l'affaire Harry Quebert", le jeune romancier de 27 ans a accepté le verdict avec beaucoup de modestie. "Vous savez, il y a beaucoup de gens qui aimeraient être dans ma situation, je ne suis pas déçu du tout, je suis très heureux avec ce qui m'arrive grâce à ce livre".

Interrogé en marge d'une conférence de presse, le ministre de la culture Alain Berset a lui salué "le magnifique parcours" du Genevois. "Je l'en ai personnellement félicité en début d'après-midi", a-t-il précisé. Son parcours témoigne de la très grande vivacité et de l'excellence de la littérature suisse qui dépasse depuis longtemps les frontières, s'est-il réjoui.

Plus de 400'000 exemplaires

Le Goncourt est le plus convoité des prix littéraires. Outre la consécration qu'il assure à son lauréat, ce couronnement offre l'espoir de vendre près de 400'000 exemplaires. Selon le magazine "Livres Hebdo", les six derniers Goncourt se sont en effet écoulés à plus de 400'000 exemplaires.

Né à Paris en 1968, Jérôme Ferrari est professeur de philosophie et conseiller pédagogique au Lycée français d'Abou Dhabi depuis septembre. Il a enseigné au lycée international d'Alger, puis au lycée Fesch d'Ajaccio, en Corse.

Le titre de son sixième roman, "Le Sermon sur la chute de Rome", fait allusion au fameux sermon de saint Augustin prononcé en 410 dans la cathédrale disparue d'Hippone. Il l'avait prononcé devant des fidèles désemparés après le sac de Rome. "Le monde est comme un homme: il naît, il grandit, il meurt", avait déclaré Augustin.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS