Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'évolution du surpoids chez les enfants et les adolescents est positive, en particulier au niveau de l'école enfantine.

Promotion Santé Suisse

(sda-ats)

La proportion d'enfants et d'adolescents en surpoids ou obèses en Suisse est en diminution. Entre le début de la mesure durant l’année scolaire 2005/06 et la dernière année scolaire, elle a passé de 19,9% à 16,7%, révèle le 12e monitorage publié mardi.

Cette évolution est qualifiée de "réjouissante" par Promotion Santé Suisse, qui réalise ce suivi de l'indice de masse corporelle (IMC) au trois niveaux scolaires, soit les classes enfantines, primaires et secondaires. Les derniers résultats portent sur près de 14'000 élèves dans les villes de Bâle, Berne et Zurich.

En comparaison avec l’année précédente, le 12e monitorage fait état d’un recul du surpoids et de l’obésité atteignant 0,3%. "Il est réjouissant que la tendance positive observée les années précédentes se poursuive", explique le Pr Dr Thomas Mattig, directeur de Promotion Santé Suisse, cité dans le communiqué.

Une comparaison entre les niveaux scolaires montre un recul continu à l’école enfantine et l’amorce d’un recul au niveau primaire. Au niveau secondaire, on constate une stabilisation. Tous niveaux confondus, sur les 16,7% d'élèves en surpoids, 4,3% sont obèses. Au début des mesures, ce taux était de 4,9%.

Etrangers davantage touchés

On enregistre une différence entre enfants suisses et étrangers. Parmi ces derniers, la part d’élèves en surpoids est toujours nettement plus élevée, même si on observe un recul constant depuis l’année scolaire 2005/06, relève Promotion Santé Suisse. Parmi les élèves suisses, en revanche, un recul ne se dessine que depuis 2014/15.

Lors de l’année scolaire 2010/11, le monitorage affichait des valeurs élevées: à l’époque, 20,1% des enfants et adolescents étaient en surpoids ou obèses. "L’évolution positive indique que la promotion de la santé est efficace. Les mesures déploient leurs effets tout particulièrement au niveau de l’école enfantine, commente Thomas Mattig.

Mais il est indispensable qu’elles soient poursuivies pour que la part des enfants en surpoids n’augmente pas de nouveau, ajoute le professeur. Il convient en outre de surveiller tout particulièrement l’évolution au niveau secondaire.

Calcul de l'IMC

L'indice de masse corporelle (IMC) ou "Body Mass Index" est une unité de mesure reconnue à l'échelle internationale pour juger du poids d'un individu. Il établit une relation entre la taille et le poids d'une personne.

Pour connaître son IMC, il faut multiplier au carré sa taille en mètres puis diviser son poids en kilos avec le résultat de la première opération. Exemple: une personne qui mesure 1,70 mètre et pèse 101,15 kilos, obtient un IMC de 35. Le poids idéal se trouve entre un IMC de 18,5 et 25 kg/m2. Dès 29,9, on peut parler d'obésité.

Promotion Santé Suisse est une fondation soutenue par les cantons et les assureurs maladie qui exécute des mesures destinées à promouvoir la santé. La Fondation est soumise au contrôle de la Confédération. Chaque personne verse, en Suisse, une contribution mensuelle de 40 centimes en faveur de Promotion Santé Suisse. Ce montant est encaissé par les assureurs maladie pour le compte de la Fondation.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS