Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Jurassien Samuel Rohrbach est le nouveau président du Syndicat romand des enseignants (SER) depuis août 2016. (Archives).

SER

(sda-ats)

A la veille de la rentrée scolaire, le Syndicat des enseignants romands (SER) s'inquiète de la surcharge administrative dans la profession et de l'épuisement de ses membres. Il a décidé de réaliser une étude sur l'état de santé du corps enseignant.

"L'an dernier, le SER avait exprimé ses soucis concernant la formation insuffisante des enseignants. Les retombées sont positives, car la Conférence intercantonale de l'instruction publique (CIIP) a formé un groupe de travail pour y réfléchir" ,a déclaré Samuel Rohrbach mercredi devant la presse à Lausanne.

Un rapport est attendu à l'automne 2017, a expliqué le Jurassien de 44 ans, qui remplace depuis août à la présidence du SER le Genevois Georges Pasquier, parti à la retraite. En revanche, les alertes précédentes du syndicat concernant la surcharge administrative des enseignants et les mesures d'économies subies par la profession n'ont pas été entendues, déplore-t-il.

Causes diverses

"Il est temps que les autorités cessent de faire la sourde oreille", a souligné M.Rohrbach. Selon lui, les causes de l'épuisement des enseignants sont diverses.

Les tâches administratives enflent de manière démesurée. "Les enseignants s'en plaignent de plus en plus", poursuit-il. La légitime prise en compte des élèves à besoins particuliers demande depuis 2008 une implication chronophage et énergivore des enseignants. Le SER ne remet pas en cause cette intégration, mais déplore le manque de moyens alloués.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS