Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les trois Nobel (au centre de l'image) devant la presse à Pékin après leur périple en Corée du Nord

KEYSTONE/EPA/ROLEX DELA PENA

(sda-ats)

Trois prix Nobel ont estimé samedi, lors d'une visite en Corée du Nord, que les sanctions qui pèsent sur ce pays affectent son système de santé. "Ce n'est pas en n'aidant pas les malades qu'on met la pression sur un Etat", a dit le Nobel israélien Aaron Ciechanover.

La communauté internationale a durci ses sanctions contre la Corée du Nord après plusieurs tirs de missiles et son quatrième essai nucléaire au mois de janvier, alors qu'un autre serait en préparation, selon des experts.

"La pénicilline n'a jamais contribué à fabriquer des bombes nucléaires", a insisté M. Ciechanover, prix Nobel de chimie, à l'issue de visites d'hôpitaux et de laboratoires à Pyongyang.

Avec le Nobel norvégien Finn Kydland, prix d'Economie et le Britannique Richard Roberts, prix Nobel de médecine, Aaron Ciechanover a passé une semaine en Corée du Nord pour un voyage humanitaire, alors que s'ouvrait le premier congrès du parti unique en 40 ans, au cours duquel le leader Kim Jong-Un s'est félicité de son programme nucléaire.

Si les sanctions ne visent pas directement l'aide médicale, celles qui sont appliquées par la Corée du Sud ont pour conséquence d'empêcher certains médicaments d'arriver chez son voisin nord-coréen, selon un reportage du quotidien Washington Post. "L'embargo empêche les médecins et les professeurs d'avoir accès aux produits dont ils ont besoin", a souligné Richard Roberts.

ATS