Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le rapport de l'OMS affirme que les taxes sur les cigarettes contribuent à réduire le nombre de fumeurs (archives).

KEYSTONE/AP/SUE OGROCKI

(sda-ats)

L'impact de l'industrie du tabac sur la santé coûte plus de 1000 milliards de dollars par an à l'économie mondiale. L'OMS appelle les Etats à lancer des taxes pour réduire le nombre de fumeurs, dont environ 80% se trouvent dans les pays à revenu bas ou intermédiaire.

"L'impact économique du tabac sur les pays et le public est énorme", estime le sous-directeur général de l'organisation en charge des maladies non transmissibles, Oleg Chestnov. Son chiffre cumulé entre les dépenses de santé et la perte de productivité est mentionné pour la première fois dans un rapport présenté mardi à Genève et auquel l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a collaboré.

La perte équivaut à 1 à 1,5% du PIB des pays à revenu bas ou intermédiaire. Pour autant, les dépenses de santé sont moins importantes dans ces Etats parce que l'accès aux soins n'est pas garanti de manière aussi large que dans les pays riches.

Selon une étude de 2016, les revenus des Etats liés aux cigarettes pourraient augmenter de 47% ou près de 150 milliards de dollars si tous les Etats appliquaient une taxe de 0,8 dollar. Le prix des paquets augmenterait en moyenne de plus de 40% et ferait diminuer de 9% du taux de fumeurs.

Contrairement à ce que pensent souvent les pays à revenu bas ou intermédiaire, des taxes ne renforcent pas le trafic mais le réduit, a affirmé devant la presse un responsable de l'OMS. Et elles ne sont par ailleurs pas "anti-pauvres" mais les favorisent.

Impact limité sur l'emploi

Les pays de l'ouest de l'Europe ont davantage augmenté les taxes. En revanche, les produits liés au tabac restent abordables dans un certain nombre de pays du centre et de l'est de l'Europe et le contrôle de leur consommation pas assez important.

Le document de près de 700 pages publié mardi rappelle que la Convention cadre de l'OMS était entrée en vigueur en 2005 pour inciter à des mesures de contrôle de consommation. En 2013 et l'année suivante, les taxes ont rapporté 269 milliards de dollars. Mais moins d'un milliard a été utilisé pour tenter de réduire le nombre de fumeurs.

Selon le rapport, les mesures de contrôle n'ont qu'un impact limité sur l'emploi dans l'industrie du tabac. Des avancées ont été observées en matière de contrôle mais cinq entreprises se partagent 85% du marché et rendent plus difficile les efforts. Les politiques pour limiter leur part sont prometteuses pour réduire la consommation de tabac, ajoute l'OMS.

Au total, le tabac provoque six millions de décès par an. Ce chiffre devrait passer à huit millions d'ici 2030, dont 80% dans les pays à revenus bas et intermédiaires, selon des estimations déjà publiées. Environ 1,1 milliard de personnes de plus de 15 ans fument dans le monde, dont 20% vivent dans la pauvreté, ajoute encore le rapport de l'OMS. Mais la part de fumeurs dans le monde commence à diminuer.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS