Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'attaque, initialement présentée comme un accident de la route, a été perpétrée dimanche par un gang armé contre un groupe de sept cyclistes étrangers qui roulaient sur les cols de la célèbre route du Pamir. Quatre d'entre eux sont morts: deux Américains, un Suisse, et un Néerlandais.

KEYSTONE/AP/ZULY RAHMATOVA

(sda-ats)

Le Tadjikistan a utilisé pour la première fois vendredi le terme d'"attaque terroriste" en référence à l'assassinat de quatre cyclotouristes étrangers, dont un Suisse. Il réfute néanmoins toute implication du groupe Etat islamique qui a revendiqué les faits.

"L'attaque qui visait les touristes étrangers était un acte terroriste", a déclaré le procureur de l'ex-Etat soviétique dans un communiqué. Et de préciser qu'elle était destinée à "créer une atmosphère de peur et de panique dans la société et à affaiblir l'autorité internationale de la République du Tadjikistan."

L'attaque, initialement présentée comme un accident de la route, a été perpétrée dimanche par un gang armé contre un groupe de sept cyclistes étrangers qui pédalaient sur les cols de la célèbre route du Pamir. Quatre d'entre eux sont morts: deux Américains, un Suisse, et un Néerlandais. Une Suissesse et une Néerlandaise ont été blessées et un touriste français est indemne.

Mardi, l'Etat islamique a publié une vidéo montrant cinq hommes, ressemblant à ceux des portraits diffusés par la police tadjike, prêtant allégeance à Abu Bakr al-Baghdadi, chef du groupe terroriste.

Cette vidéo a été publiée "dans le but de lever les soupçons pesant sur une autre organisation terroriste, le Parti de la Renaissance Islamique, qui est le principal commanditaire de cet acte terroriste", a réagi le procureur.

Relations tumultueuses

Le Parti de la Renaissance Islamique, dont la responsabilité est pointée par un rapport de police, se présentait comme un parti religieux modéré avant d'être mis hors-la-loi en 2015. Date à laquelle le Tadjikistan a entamé une longue répression de l'opposition.

La police tadjike a aussi affirmé qu'un suspect arrêté et considéré comme l'un des meneurs de l'attaque contre les touristes, "a suivi un entraînement" en Iran, pays avec lequel le Tadjikistan a des relations tumultueuses.

L'Iran et le Parti de la Renaissance Islamique ont tous deux nié tout lien avec l'attaque.

Pays laïc

Le Tadjikistan, un pays laïc dont la population est majoritairement sunnite, fait de la lutte contre l'intégrisme religieux une priorité. Les autorités de ce pays voisin de l'Afghanistan estiment que plus de mille Tadjiks ont rejoint les djihadistes en Irak et en Syrie.

Elles ont pris en 2015 des mesures radicales pour contrer l'influence des extrémistes religieux, parmi lesquelles le rasage forcé des barbes et une campagne contre le port du hijab.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS