Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Tribunal arbitral du sport a alourdi à dix mois la suspension de l'Italienne Sara Errani, finaliste de Roland-Garros en 2012.

Elle avait été suspendue deux mois en août dernier pour avoir enfreint le règlement antidopage, a annoncé le TAS.

La joueuse avait été suspendue deux mois en août 2017 par un tribunal indépendant de la Fédération internationale de tennis (ITF), après un contrôle positif, hors compétition, au letrozole.

Errani s'était défendue en affirmant avoir pris le produit "par contamination accidentelle" en raison de la prise d'un médicament contenant du letrozole par sa mère.

Le rameur italien Niccolo Mornati, quatre fois médaillé aux championnats du monde, avait été contrôlé positif en 2016 au même produit, qui peut avoir un effet anabolisant "marginal" et masquer l'absorption de testostérone.

Tous les résultats de Sara Errani obtenus entre le 16 février et le 7 juin 2017 avaient été annulés.

Errani avait fait appel, contestant l'annulation de ses résultats. L'Agence nationale antidopage italienne avait également fait appel, réclamant une sanction plus lourde comprise entre deux et 24 mois.

Le TAS a rejeté l'appel de la joueuse et lui a imposé une suspension de 10 mois, prenant effet immédiatement. Les deux mois de suspension déjà effectués sont déduits.

Sara Errani, 74e à l'ATP avant Roland Garros, avait été éliminée au 1er tour par la Française Alizé Cornet.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS