Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Tribunal arbitral du sport (TAS) a décidé de maintenir la suspension provisoire de 90 jours infligée à Michel Platini. Il a cependant ordonné à la FIFA de ne pas la prolonger.

Le TAS explique dans un communiqué avoir partiellement admis la requête de mesures provisionnelles déposée par le Français, qui demandait que sa sanction soit levée jusqu'à ce qu'une décision finale sur le fond du litige soit rendue par la Commission d'éthique de la FIFA. L'ancien no 10 des Bleus verra sa suspension prendre fin le 5 janvier.

La Formation arbitrale du TAS a déterminé que le maintien de la suspension provisoire en cours n'était "pas susceptible de causer un dommage irréparable à Michel Platini pour le moment", souligne le communiqué. Elle a noté que, lors de l'audience du 8 décembre, "les représentants de la FIFA ont confirmé les garanties préalablement exprimées par la FIFA que la Commission d'éthique de la FIFA rendrait sa décision finale sur le fond le 5 janvier 2016 au plus tard".

Les trois arbitres du TAS ont également souligné que, même si la suspension était immédiatement levée, "une telle mesure ne donnerait aucune garantie à Michel Platini que la Commission ad hoc de la FIFA validerait sa candidature pour l'élection présidentielle de la FIFA avant le 5 janvier 2016". La Formation considère cependant que la situation ne serait plus la même si la FIFA venait à prolonger la suspension provisoire pour une durée pouvant aller jusqu'à 45 jours et qu'une telle prolongation "constituerait une restriction excessive et injustifiée du droit de Michel Platini d'accéder à la justice, lui causerait un dommage irréparable et ferait basculer la pesée des intérêts en sa faveur".

Michel Platini a été suspendu 90 jours le 8 octobre par la justice interne de la FIFA, qui lui reproche d'avoir reçu 1,8 million d'euros en 2011 de la part de Joseph Blatter, président aujourd'hui démissionnaire de la FIFA et également suspendu, pour un travail de conseiller achevé en 2002. Cette suspension prive Platini de ses fonctions de président de l'UEFA et gèle sa candidature à la présidence de la FIFA, dont le scrutin est prévu le 26 février à Zurich. Dans l'immédiat, il ne pourra donc pas présider samedi soir le tirage au sort de l'Euro 2016 à Paris.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS