Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le taux de chômage (5,3%) aux Etats-Unis s'est maintenu en juillet à son plus bas niveau depuis sept ans, selon les chiffres du ministère du Travail publiés vendredi. Le nombre d'emplois créés a par contre déçu.

Les pays a généré 215'000 postes de plus qu'il en a détruit, en données corrigées des variations saisonnières. Cela correspond à une baisse de 6,9% par rapport à juin. Les analystes tablaient sur une hausse de 2,7%.

L'emploi en juillet se situe ainsi largement sous la moyenne des trois derniers mois (235'000), dopée par la révision à la hausse des créations en juin. Celles-ci ont fait l'objet d'une réévaluation à 231'000 contre 223'000 initialement annoncé.

Le nombre de chômeurs américains a par ailleurs baissé en juillet de 33'000 individus à 8,26 millions. Mais cela n'a pas réussi à faire reculer davantage le taux de chômage, qui reste comme en juin à son plus bas niveau depuis avril 2008.

Ce tableau mitigé risque de compliquer la tâche de la banque centrale américaine (Fed) qui attend encore quelques signes d'amélioration sur le marché du travail pour commencer à normaliser sa politique monétaire.

Légère augmentation des salaires

Les gains d'emplois en juillet sont intervenus dans un vaste éventail de secteurs allant des ventes au détail (+36'000) notamment dans l'automobile, aux services de santé (+28'000) en passant les services professionnels aux entreprises (+27'000), a détaillé le ministère du Travail. Frappée par la baisse mondiale des cours du pétrole, l'industrie minière a par contre supprimé 5000 emplois en juillet.

Le salaire horaire moyen, très observé par la banque centrale américaine qui voudrait voir les prix et les rémunérations augmenter davantage, est reparti en très légère hausse en juillet (+0,2%) à 24,99 dollars (24,66 francs). Sur un an, sa progression n'est que de 2,1%.

ATS