Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le test prénatal controversé de la trisomie 21 est disponible en Suisse, a annoncé lundi le fabriquant allemand du "Praenatest" LifeCodexx. Il ne peut être effectué qu'en cas de grossesse à risques. Les hôpitaux suisses n'ont pas encore constaté de ruée sur cette nouvelle offre.

L'hôpital universitaire de Zurich enregistre depuis plusieurs mois des demandes régulières, indique un porte-parole à l'ats. Les médecins zurichois estiment que le test sera effectué en moyenne quatre fois par semaine dans le futur. Lors de la phase d'essai en juillet, huit femmes y avaient fait appel.

Ni les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), ni le CHUV à Lausanne n'étaient pas en mesure, lundi, de donner des précisions. Du côté de l'hôpital universitaire de Bâle, le test prénatal sanguin est disponible depuis juillet déjà. On n'y constate pas de ruée. A Berne, l'hôpital de l'Ile a reçu cinq demandes.

Contrairement aux méthodes invasives comme l'amniocentèse, le Praenatest permet de dépister le syndrome de Down par une simple prise de sang. Il analyse en effet l'ADN du foetus qui se trouve dans le sang de la mère.

Sous conditions

Le Praenatest coûte 1500 francs. Il n'est pas remboursé par l'assurance maladie. Comme il dépend de l'ordonnance fédérale sur les dispositifs médicaux et diagnostics et non de celle sur les médicaments, il n'a besoin que d'un certificat de conformité déclaré pour l'espace européen.

La procédure ne peut être effectuée qu'après le contrôle de fin de premier trimestre de grossesse lorsque des risques de trisomie 21 ont été détectés. S'il est positif, la future mère peut encore se soumettre à une choriocentèse ou une amniocentèse.

Ces méthodes livrent des résultats très sûrs. Toutefois elles ne sont pas sans risques. Dans 1% des cas, elle provoquent l'avortement.

Les associations de handicapés craignent que la simplicité du Praenatest fasse augmenter la pression sociale en faveur de l'interruption de grossesse. Les spécialistes de l'éthique de la santé sont également inquiets. Ils se demandent notamment quelles informations doivent être mises à disposition à quel moment.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS