Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le canton de Vaud et la ville de Lausanne volent au secours du Théâtre de Vidy et du Béjart Ballet Lausanne (BBL), victimes de la baisse de l'euro. Les deux institutions culturelles ont reçu chacune près d'un million de francs, fonds privés compris.

Les deux institutions, qui tournent beaucoup à l'étranger et y vendent leurs spectacles, ont souffert de la baisse de l'euro. Le Théâtre de Vidy a calculé que ses pertes de change, liées au franc fort, sont de l'ordre de 1,2 million de francs sur trois ans.

A plusieurs reprises, René Gonzalez, directeur de Vidy, et Gil Roman, à la tête du BBL, avaient tiré la sonnette d'alarme. Les autorités locales ne sont pas restées sourdes à cet appel.

Le canton de Vaud a versé 550'000 francs pour le Théâtre de Vidy: 300'000 francs proviennent d'une demande de crédit supplémentaire pour 2011 et 250'000 pour 2012, a dit mardi Michael Fiaux, porte-parole du Département de la formation, confirmant une information du "Temps".

Hausse de la subvention

Le canton prévoit de faire passer sa subvention annuelle à Vidy de 1,5 à 1,75 million dès 2013. La conseillère d'Etat Anne-Catherine Lyon aimerait l'augmenter à deux millions d'ici deux à trois ans.

Pour aider le théâtre de Vidy et le BBL, la ville de Lausanne a pour sa part sollicité le Fonds d'équipement touristique de la région de Lausanne (FERL). Ce Fonds, alimenté par la taxe de séjour, a accordé 200'000 francs au Théâtre et 300'000 francs au Ballet, en raison de leur renommée à l'étranger.

Lausanne a en outre prélevé 250'000 des 300'000 francs du fonds de réserve de Vidy, provisionné pour couvrir les risques de tournée. Chaque année, la ville met 100'000 francs pour alimenter ce fonds.

Pour boucler une année 2011 difficile, le Béjart Ballet Lausanne a enfin reçu 600'000 francs de mécènes privés. Ils proviennent de la Fondation Maurice Béjart.

ATS