Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les pays ayant ratifié la convention antitabac se sont notamment engagés à instaurer des taxes élevées et à interdire la cigarette dans les espaces publics (archives).

KEYSTONE/PETER SCHNEIDER

(sda-ats)

Le traité mondial anti-tabac a permis d'obtenir une réduction de 2,5 points des taux de tabagisme dans le monde, selon une étude. Il reste toutefois encore beaucoup à faire contre ce fléau responsable de près de 6 millions de décès par an dans le monde.

Le coût du tabagisme dans le monde est de plus de mille milliards de dollars par an, en dépenses de santé et pertes de productivité. Le traité, appelé convention-cadre de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour la lutte anti-tabac (OMS-CCLAT) est entré en vigueur en 2005.

Il oblige les 180 pays, qui s'y sont engagés, à mettre en oeuvre une série de mesures, dont cinq sont essentielles: taxes élevées sur le tabac, espaces publics sans fumée, avertissements sur les paquets de cigarettes, interdictions publicitaires complètes et soutien aux services d'aide à l'arrêt du tabac.

22,2% de taux moyen

En moyenne, les taux de tabagisme dans les 126 pays étudiés sont passés de 24,7% en 2005 à 22,2% en 2015, soit une réduction de 2,5 points, selon l'étude parue mercredi dans le journal médical The Lancet Public Health. Cependant, les tendances varient d'un pays à l'autre. Les taux de tabagisme ont diminué dans 90 pays, augmenté dans 24 et sont restés inchangés dans douze pays.

Par exemple, de 2007 à 2014, les pays d'Europe du Nord et d'Amérique du Sud ont mis en oeuvre un nombre important de politiques de réduction de la demande et ont connu de fortes réductions de la fréquence du tabagisme (respectivement de 7,1 et 6,8 points) entre 2005 et 2015. La région africaine a introduit très peu de ces politiques et a connu une augmentation des taux de tabagisme (+3,4 points en Afrique de l'Ouest, +12,6 en Afrique centrale et +4,6 en Afrique du Nord).

Lieux publics protégés

La mesure la plus fréquemment mise en oeuvre en 2014 était l'interdiction de fumer dans les lieux publics (35 des 126 pays l'ont mis en oeuvre, dont 28 entre 2007 et 2014).

L'interdiction de la publicité était la moins fréquemment appliquée (16 sur 126 pays, dont 12 entre 2007 et 2014), alors qu'elle permet de réduire le nombre de nouveaux fumeurs, en particulier chez les jeunes, souligne l'étude.

En 2014, 16% des pays avaient promu l'aide à l'arrêt du tabac et un quart avait adopté les mises en garde sanitaires sur les emballages de cigarettes.

Un cinquième des pays avait imposé une taxe élevée sur le tabac. C'est la mesure généralement la plus efficace pour réduire le tabagisme, en particulier dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, où les fumeurs sont plus sensibles aux prix.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS