La branche du transport aérien dans le monde soutient plus de 65 millions d'emplois. Selon un rapport publié mardi à Genève, elle pèse plus de 2656 milliards de francs. Ses responsables appellent à rejeter les politiques protectionnistes pour étendre leurs activités.

"Davantage de personnes dans davantage de parties du monde que jamais auparavant bénéficient de voyages sûrs, rapides et efficaces", a estimé le directeur exécutif du Groupe d'action du transport aérien (ATAG) Michael Gill. Au total, plus de 10 millions de collaborateurs oeuvrent dans la branche du transport aérien, a-t-il ajouté au premier des jours d'un Sommet mondial sur l'aviation durable à Genève.

Mais selon le rapport, la filière plus large et les emplois indirects dans différentes activités montrent que le transport aérien contribue à plus de 65 millions de postes et plus de 3,5% du Produit intérieur brut (PIB) mondial. Dans moins de 20 ans, avec une approche de libre-échange, ces chiffres devraient passer à 97,8 millions d'emplois et plus de 5600 milliards de francs.

En revanche, si les gouvernements recourent à des politiques protectionnistes, la progression serait inférieure de plus de 12 millions d'emplois et de 1180 milliards de francs. "L'aviation est le facteur-clé pour cette connectivité", estime le directeur exécutif. Il demande une collaboration entre les acteurs.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.