Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Genève - Plusieurs centaines d'enfants des écoles genevoises et délégués à la conférence internationale du travail ont exprimé leur solidarité avec les enfants victimes de l'exploitation dans le monde. Ils ont sorti un carton rouge au travail des enfants.
A l'occasion de la Journée mondiale contre le travail des enfants, le Bureau international du travail a demandé "d'aller droit au but" pour éliminer cette forme d'exploitation.
Autour d'un ballon de foot, la maire de Genève Sandrine Salerno, le conseiller d'Etat Charles Beer, des fonctionnaires du BIT, des délégués, des élèves des écoles genevoises et les responsables de l'ONG "Le Respect, ça change la vie" ont manifesté sur la place des Nations, devant l'ONU.
Les progrès vers la fin du travail des enfants marquent le pas, selon le BIT. Le nombre d'enfants qui travaillent n'a que légèrement reculé en quatre ans, de 222 millions à 215 millions, une réduction de 3% seulement.
Sur les 215 millions d'enfants qui travaillent, 115 millions sont exposés à des travaux dangereux, un chiffre qualifié d'alarmant par l'organisation. Le BIT veut remobiliser les énergies pour éliminer les pires formes de travail des enfants en 2016.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS