Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Seuls 9% sont "satisfaits" des sept sages. Un peu plus d'un tiers (36%) se disent toutefois "plutôt satisfaits" du gouvernement (archives).

KEYSTONE/PETER KLAUNZER

(sda-ats)

Plus de la moitié des participants au baromètre Tamedia ne sont pas satisfaits du travail du Conseil fédéral. Au niveau individuel, c'est Alain Berset qui convainc le plus, Johann Schneider-Ammann le moins.

Sur les quelque 20'400 personnes interrogées, 27% se déclarent "plutôt insatisfaites" du travail du Conseil fédéral. La même proportion est carrément "insatisfaite". Seuls 9% sont "satisfaits" des sept sages. Un peu plus d'un tiers (36%) se disent toutefois "plutôt satisfaits" du gouvernement.

Au niveau individuel, le président de la Confédération Alain Berset obtient le meilleur résultat. Il devance de peu Doris Leuthard et Ueli Maurer. Le ministre de l'économie Johann Schneider-Ammann ferme la marche.

Courte majorité pour la libre circulation

L'UDC entend lancer dans quelques jours la collecte de signatures pour son initiative visant à mettre fin à la libre circulation des personnes avec l'Union européenne (UE).

Selon le sondage Tamedia, ce texte ne trouve actuellement pas de majorité au sein de la population: à la question si l'accord de libre circulation doit être enterré, 15% disent "plutôt non" et 40% disent "non". Le "oui" remporte 27%, le "plutôt oui" 15%.

Sans surprise, le soutien le plus large à l'initiative provient des partisans de l'UDC (61% de "oui") et la plus grande opposition de ceux du PS (72% de "non").

Le "oui" et le "non" sont presque à parts égales sur la question d'un accord institutionnel avec l'UE: 45% disent "oui" ou "plutôt oui" à un tel cadre, 48% "non" ou "plutôt non". Les indécis sont 7%.

"Non" au milliard de cohésion

Le milliard de cohésion versé à l'UE subit une véritable raclée: seuls 30% l'approuvent alors qu'avec 70%, ses adversaires sont plus de deux fois plus nombreux. La question est très controversée actuellement: le Conseil fédéral avait promis ce versement de 1,3 milliard de francs en novembre, lors de la visite du président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker à Berne.

En décembre, il a annoncé qu'il va réétudier sa promesse. La raison de ce revirement est la décision de l'UE de ne reconnaître que pour un an l'équivalence de la Bourse suisse.

Le sondage a été mené le 4 et le 5 janvier sur les portails d'informations de Tamedia. Y ont pris part 20'422 personnes de toute la Suisse. Les résultats ont été pondérés et la marge d'erreur se situe à +/- 1,5%.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS