Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'usine AZF de Toulouse a été détruite en septembre 2001 suite à l'explosion d'un stock de nitrate d'ammonium (archives).

KEYSTONE/EPA ATOFINA/---

(sda-ats)

Le troisième procès de l'explosion du complexe chimique AZF s'est ouvert mardi devant la cour d'appel de Paris. L'incident avait fait 31 morts et 8000 blessés à Toulouse en 2001.

L'ancien directeur de l'usine Serge Biechlin (72 ans) et la société Grande Paroisse (filiale de Total), sont jugés, entres autres chefs, pour "homicides involontaires". L'homme risque jusqu'à trois ans d'emprisonnement, l'entreprise jusqu'à 225'000 euros (241'000 francs) d'amende.

Mais pour les victimes, dont une quinzaine ont manifesté devant le Palais de justice de Paris avant l'audience, la justice se trompe de cible. Ni Total, ni son PDG de l'époque, Thierry Desmarest, ne sont poursuivis.

La multinationale, qui a versé quelque 2,5 milliards d'euros (2,7 milliards de francs) en réparations, et son ancien patron sont visés par une "citation directe": certaines parties civiles demandent à la cour d'appel de les juger malgré tout. Lors des précédents procès, ces "citations directes" avaient échoué.

"TOTALement méprisés"

"Biechlin est un lampiste. C'est Total qui est coupable", tempête Marie Humbert, derrière une banderole "AZF-Total responsable". "TOTALement méprisés", peut-on lire sur des tee-shirts de manifestants.

Le 21 septembre 2001, Marie Humbert travaillait dans une Maison des jeunes et de la culture, qui a été soufflée par l'explosion de l'usine chimique distante de 200 mètres. Elle a perdu toute audition de l'oreille gauche.

"Total, ils sont chez eux, près de leur tour à la Défense, nous on se tape les kilomètres. On n'a qu'une vie, eux ils ont déjà vu passer trois PDG, ils ont le temps", proteste-t-elle.

La délocalisation du procès à Paris a été mal vécue par les Toulousains, encore très ébranlés quinze ans après, en dépit des retransmissions en direct des audiences organisées dans la ville.

Audiences sur quatre mois

Une trentaine de victimes ont manifesté mardi devant le palais des Congrès de la Ville rose pour dénoncer leur "mise à l'écart". Ils brandissaient des banderoles "Nouveau procès AZF à Paris: sinistrés TOTALement bâillonnés" ou "AZF: pas d'impunité pour les crimes industriels".

Un tribunal correctionnel avait relaxé Serge Biechlin et la société Grande Paroisse en 2009. Une cour d'appel les avait au contraire lourdement condamnés en 2012, avant que cette dernière décision ne soit annulée, rendant nécessaire l'organisation d'un troisième procès fleuve. Les audiences doivent durer quatre mois, avec 187 témoins et près de 2700 parties civiles.

La défense plaidera le doute sur les causes de l'explosion, en avançant par exemple la piste terroriste. Les victimes, elles, veulent que la justice valide une bonne fois pour toutes le scénario d'un accident industriel rendu possible par une gestion défaillante du site.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS