Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Turkménistan a inauguré vendredi un "Palais du Bonheur" de 60'000 m2 pour accueillir les cérémonies et fêtes de mariages d'Achkhabad, la capitale. Cette ex-république soviétique d'Asie centrale a dépensé quelque cent millions d'euros pour le projet.

Ce bâtiment de plus de 80 mètres de haut, incluant un globe de 32 mètres de diamètre représentant une carte du Turkménistan, a été inauguré par le président Gourbangouly Berdymoukhamedov, qui a personnellement ordonné ce chantier. Le vaste complexe couvert de marbre blanc et de granit gris, construit sur une colline, domine toute la ville.

Il abrite notamment des salles de fêtes et de banquets pouvant accueillir jusqu'à 1500 personnes, un restaurant tournant pour 350 personnes, un hôtel avec 22 chambres, plus de 30 magasins spécialisés, un cinéma et un musée rassemblant des collections de tenues traditionnelles de mariage.

"Ce Palais du Bonheur, unique au monde, sera un symbole du bonheur sans frontières, de la prospérité et de l'amour", a déclaré M. Berdymoukhamedov, lors de la cérémonie d'inauguration.

20 premiers mariages célébrés

Le président de cette république désertique regorgeant de gaz avait estimé, lorsqu'il ordonna la création du Palais du Bonheur, qu'une nouvelle tradition devait s'y imposer.

Chaque couple y convolant devra planter un arbre autour du vaste complexe "pour que des années plus tard, dans le futur parc, des enfants courent sous les arbres que leurs parents ont plantés". Vingt couples se sont mariés vendredi dans le nouveau palais.

La folie des grandeurs

Le président, qui développe un culte certain de sa personnalité, s'est déjà fait octroyer cette semaine le titre de Héros du Turkménistan et a assisté à un défilé militaire et à des spectacles en son honneur.

M. Berdymoukhamedov, au pouvoir depuis la mort fin 2006 de son fantasque et autoritaire prédécesseur Saparmourat Niazov, a fondé un nouveau régime qu'il a baptisé "Epoque de la Nouvelle Renaissance".

ATS