Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'Etat du Valais déclare la guerre à l'ailante glanduleux. Cet arbre exotique à croissance rapide met en péril la fonction protectrice des forêts. Les plus gros spécimens seront abattus cet automne sur une centaine de sites.

L'opération touche la commune de Sierre où une centaine de sites d'ailante ont été identifiés, communique vendredi l'Etat du Valais. Elle sera menée dans la deuxième quinzaine de septembre, avant la dissémination des graines.

Les particuliers sont invités à lutter également contre l'envahisseur. La majorité des ailantes poussent sur des terrains privés, précise le canton. Les frais d'abattage et d'évacuation sont pris en charge par les autorités.

La pousse de l'arbre est rapide et peut atteindre 4 mètres par année. L'ailante s'accommode de la sécheresse, de la pollution, de sols de natures diverses. Il se reproduit très rapidement. La densité de son feuillage et les substances toxiques qu'il diffuse dans le sol lui permettent de s'installer durablement, au détriment des espèces indigènes.

Un arbre fragile

Mais l'arbre est fragile. Son bois est cassant. Il est sensible à la pourriture du coeur et ne dispose pas des mêmes aptitudes de protection que les essences indigènes. Son expansion représente donc un danger sécuritaire. Sans compter que ses racines causent des dommages aux routes et aux bâtiments.

L'éradication de l'envahisseur coûtera cette année 88'800 francs aux autorités. Le Valais ne sera pas seul à s'acquitter de la facture. La Confédération versera une aide financière spéciale. L'opération se poursuivra sur le territoire de la ville de Sion et sera reconduite l'an prochain.

ATS