Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Valais cherche à obtenir le soutien d'autres cantons pour déposer un référendum cantonal contre la révision de la loi fédérale sur l'aménagement du territoire (LAT). La décision valaisanne intervient alors que l'Union suisse des arts et métiers (usam) lance un référendum fédéral.

Le Valais a envoyé à d'autres cantons une lettre leur demandant un soutien, a indiqué mardi la secrétaire générale du Département de l'économie, de l'énergie et du territoire Chiara Meichtry. Il donnait suite à une résolution urgente adoptée le 15 juin par le Grand Conseil chargeant le Conseil d'Etat de déposer un référendum contre la révision de la LAT.

La résolution urgente était portée par des députés PDC, PLR et UDC. Pour les auteurs du texte, la révision de la LAT est une "nouvelle ingérence bernoise" dans les affaires des cantons. Le Valais dispose d'une centaine de jours, soit jusqu'au 4 octobre, pour convaincre sept autres cantons de l'imiter.

Référendum contre la révision

L'Union suisse des arts et métiers (usam) lance quant à lui un référendum fédéral contre la révision de la loi sur l'aménagement du territoire (LAT). Selon la faîtière des PME, cette révision entraînera une raréfaction des terrains à bâtir et donc un renchérissement du prix de l'immobilier.

Par crainte de l'initiative pour le paysage, les Chambres fédérales ont adopté le 15 juin 2012, au titre de contre-projet indirect, une révision de la loi sur l'aménagement du territoire. Sur certains points, celle-ci va au-delà de l'initiative elle-même, rappelle l'usam.

Au cas où les deux référendums aboutiraient, le peuple ne se prononcerait qu'une seule fois, a expliqué la Chancellerie fédérale. Et si le souverain dit oui au référendum, l'initiative pour le paysage ressurgirait: à la mi-juin, les auteurs de l'initiative n'ont en effet retiré leur texte qu'à condition que la LAT soit acceptée.

Les auteurs de l'initiative pour le paysage ne comprennent pas l'usam. Le référendum est une "pleurnicherie", selon Otto Sieber, secrétaire général de Pro Natura et président du comité d'initiative.

ATS