Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le conseiller d'Etat valaisan Christophe Darbellay (au centre) a présenté mardi le programme cantonal de lutte contre l'illettrisme. Le phénomène est discret mais il touche environ un adulte sur six en Suisse. Une campagne nationale, à laquelle le Valais s'associe, veut combattre ce problème.

Pierre Berclaz/ats

(sda-ats)

Le phénomène est discret, presque imperceptible. Pourtant le Valais dénombre environ 30'000 personnes qui sont en difficulté dès qu'il s'agit de lire, d'écrire ou de calculer. Le canton veut lutter contre ce phénomène.

Le canton n'est pas le seul à s'engager dans cette voie. Une dizaine d'autres sont associés à une campagne nationale pour combler les lacunes dans les compétences de base des adultes. La loi fédérale sur la formation continue a ouvert la voie, a expliqué mardi le conseiller d'Etat valaisan Christophe Darbellay.

Le canton va engager un peu plus de 600'000 francs, la Confédération le même montant, sur quatre ans dans ce programme. L'objectif est de sensibiliser la population à cette problématique. La campagne veut aussi inciter les adultes confrontés à des lacunes à suivre des cours.

Pas de honte à avoir

Le canton a mandaté les associations "Lire et Ecrire", "Université Populaire" et "Freuw" dans le Haut Valais pour proposer un programme de cours. Parallèlement, il prépare un projet de loi sur la formation continue dans lequel les compétences de base des adultes occuperont une place prioritaire.

Cette campagne veut aussi faire passer le message que les lacunes dans les compétences de base ne sont pas dramatiques, qu'il n'y a aucune honte à suivre des cours, a dit Claude Pottier, chef du service cantonal de la formation professionnelle. Tout sera mis en oeuvre pour que le prix des cours ne constitue pas un obstacle.

La plupart des gens ciblés ne sont pas des personnes d'origine étrangère, mais des gens qui vivent en Valais et y ont suivi leur scolarité, a précisé M. Pottier. La proportion de personnes concernées par un problème d'illettrisme est stable même si la tendance est à une légère amélioration. Mais le problème devient de plus en plus aigu, l'écrit prenant de plus en plus de place dans le quotidien.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS