Toute l'actu en bref

Les 60 ans et plus sont souvent encore très actifs (photo symbolique).

KEYSTONE/CHRISTOF SCHUERPF

(sda-ats)

Les besoins et les ressources des personnes de soixante ans et plus sont souvent ignorés. Le Valais veut y remédier et a présenté jeudi un rapport qui jette les bases d'une politique cantonale en faveur des seniors.

Avant d'entrer dans le quatrième âge, qui peut s'accompagner d'une perte d'autonomie et de besoins médicaux, les seniors jouissent en général d'une belle qualité de vie. "Ils sont en santé, au bénéfice d'une longue expérience et sont un immense potentiel pour la société", estime Esther Waeber-Kalbermatten, cheffe du département valaisan de la santé, des affaires sociales et de la culture.

Mais pour que cette population vieillissante continue à s'intégrer et à jouer son rôle dans la société au-delà de la date fatidique de la retraite, il faut connaître sa situation et ses besoins. Tel a été le mandat d'une commission consultative cantonale qui a présenté jeudi son rapport, fruit de plus d'une année de travail.

Dans la constitution cantonale

Au terme de son analyse, la commission propose une centaine de mesures concrètes touchant la mobilité, l'habitat, les loisirs ou encore la culture des seniors. Elle regroupe les pistes d'action en quatre "chantiers prioritaires pour le canton".

Le premier serait de réaliser une enquête de terrain pour connaître plus en détail les besoins des seniors selon leur tranche d'âge, leur lieu de vie, leurs spécificités régionales et créer une politique cantonale en phase avec la réalité. Le second chantier concerne le cadre légal nécessaire à la mise sur pied d'une politique cantonale.

La commission propose de s'inspirer du canton de Fribourg et d'inscrire le droit des aînés dans la Constitution valaisanne. Il est prévu que cette dernière fasse l'objet d'un solide dépoussiérage, avec la mise sur pied d'une constituante.

Un "ombudsman" spécial seniors

La commission imagine également l'existence d'un "ombudsman cantonal". Il "veillerait notamment à supprimer toutes les discriminations liées à l'âge, que ce soit au niveau juridique, social, politique ou économique".

Enfin, la commission propose la promotion de projets de solidarité intergénérationnelle et la création d'un "guichet unique". Grâce à cette espèce de plaque tournante, les seniors pourraient trouver toutes les informations les concernant et offrir leurs ressources, par exemple dans le domaine du bénévolat.

La commission consultative cantonale pour le développement de la politique en faveur des personnes âgées a regroupé seize membres. Ils sont issus de différentes institutions et associations actives auprès des seniors, telles que Pro Senectute, la Fédération valaisanne des retraités et des centres médico-sociaux.

ATS

 Toute l'actu en bref