Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Cité du Vatican - Le Vatican a dénoncé la "séquestration" des évêques belges jeudi lors d'une opération de policiers enquêtant sur d'éventuels nouveaux cas de pédophilie. Il voit dans cette opération "un fait grave et invraisemblable".
"Il n'y a pas de précédent, même dans les vieux régimes communistes", a déclaré le cardinal-secrétaire d'Etat Tarcisio Bertone. Les évêques "sont restés neuf heures sans boire ni manger", a dit le numéro deux du Vatican.
Des enquêteurs mandatés par le parquet de Bruxelles ont perquisitionné jeudi des bâtiments dépendant de l'archidiocèse de Malines-Bruxelles, dont le palais épiscopal de Malines, au nord de Bruxelles, au moment où s'y déroulait une réunion des évêques belges en présence du nonce représentant le Vatican.
Ces policiers étaient à la recherche de documents, notamment de courriers entre des victimes présumées de prêtres pédophiles et les autorités catholiques.
Vendredi, le chef de l'Eglise catholique de Belgique, André-Joseph Léonard, s'était élevé contre l'attitude de la police. "La justice fait son travail et elle avait le droit de perquisitionner. J'ai néanmoins trouvé un peu étonnant que cela aille jusqu'à forer dans les tombes archiépiscopales et que tous les évêques aient été enfermés jusqu'au soir", a-t-il déclaré.
Pour lui, le fait de "séquestrer entre guillemets" les évêques revenait à faire montre d'un "zèle peut-être excessif".
Le Vatican avait protesté officiellement dès vendredi contre les modalités de l'opération policière belge..

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS