Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le président vénézuélien Nicolas Maduro accuse les Etats-Unis de "persécution financière" visant à asphyxier son pays en raison de son gouvernement socialiste (archives).

KEYSTONE/AP/ARIANA CUBILLOS

(sda-ats)

Nicolas Maduro a affirmé dimanche que le Venezuela ne se déclarerait "jamais" en défaut de paiement. Il s'exprimait avant des rendez-vous cruciaux impliquant les créanciers internationaux à propos de la dette publique que Caracas ne parvient plus à rembourser.

"Ils ont spéculé sur le fait que le Venezuela se déclarerait en défaut (de paiement). Jamais ! Le défaut (de paiement) ne se produira jamais au Venezuela", a asséné M. Maduro dans son intervention télévisée dominicale.

"Le Venezuela aura toujours une stratégie claire, et maintenant notre stratégie est de renégocier et de refinancer toute la dette", a-t-il assuré, martelant: "Que ce soit clair pour tous les créanciers et tous les agents financiers !"

A Caracas, le président Maduro, fragilisé depuis plusieurs mois par une crise économique, politique et humanitaire, a convoqué pour lundi une réunion de créanciers internationaux pour tenter de renégocier la dette.

Interdiction américaine

Les observateurs demeurent réservés sur le succès à attendre de cette rencontre qui aura lieu à 14h00 locales (19h00 suisses), puisque Washington interdit à ses banques et à ses citoyens d'acheter de nouvelles obligations ou de négocier des accords proposés par le gouvernement vénézuélien.

Difficile dès lors d'imaginer que des créanciers américains - selon Caracas, 70% des détenteurs de bons vénézuéliens sont issus des Etats-Unis ou du Canada - se rendent à l'invitation de M. Maduro, qui accuse Washington de "persécution financière" visant à asphyxier le Venezuela en raison de son gouvernement socialiste.

De surcroît, les deux personnes désignées par le pouvoir pour renégocier cette dette, le ministre des Finances Simon Zerpa et le vice-président Tarek El Aissami, sont directement frappées par des sanctions empêchant tout Américain de traiter avec eux.

Chute des réserves en devises

En parallèle, à New York, un comité spécialisé de l'Association internationale des produits dérivés (ISDA) se penchera aussi sur la question vénézuélienne à 12h00 (18h00 suisses). Ce comité composé de 15 sociétés financières doit décider des suites à donner au retard accumulé par Caracas dans le remboursement d'une somme de 1,16 milliard de dollars, qui n'avait toujours pas été reçue par les créanciers vendredi.

La dette extérieure du Venezuela est évaluée à 150 milliards de dollars, mais ses réserves en devises ont fondu à 9,7 milliards. D'ici à la fin de l'année, il doit rembourser 1,47 à 1,7 milliard, puis huit milliards en 2018.

Pour un Etat, un éventuel défaut partiel ou total peut être prononcé par le gouvernement concerné, une agence de notation, un créancier privé ou l'ISDA.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS