Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les vins de Saint-Emilion ont particulièrement souffert du froid ce printemps (archives)

KEYSTONE/AP/BOB EDME

(sda-ats)

Le vignoble de Bordeaux pourrait perdre environ la moitié de sa prochaine récolte après les deux nuits de gel qui ont touché l'ensemble du vignoble à la fin du mois d'avril. Les pertes pourraient même approcher les 80% pour les vins de Saint-Emilion.

Une réunion de crise s'est tenue vendredi soir à la Chambre d'agriculture de la Gironde en présence des représentants de la filière, du préfet, des collectivités locales, des assureurs et des banques pour établir un premier état des lieux et étudier les possibilités d'aides, a déclaré samedi à Reuters Bernard Farges, président du syndicat des vins Bordeaux et Bordeaux Supérieur.

"Sur le Bordelais, c'est entre 60 et 70% de surfaces atteintes par le gel, à divers degrés, avec beaucoup de parcelles touchées à 100%", a-t-il indiqué. "On estime que l'impact sera de l'ordre de 50% de perte, à vérifier au moment de la récolte en fonction de la repousse", a-t-il dit en soulignant la grande disparité des situations, certaines propriétés n'étant atteintes qu'à 15% ou 30%.

L'ensemble de la filière pourrait être affectée par ricochet - négociants, entreprises viticoles, fournisseurs (étiquettes, bouchons, bouteilles...) ou encore les services, comme les transports - car "du vin qui n'est pas produit c'est une partie de l'activité économique qui disparaît", a-t-il ajouté.

La perte estimée est d'environ un à deux milliards d'euros, pour un recul des volumes de l'ordre de 350 millions de bouteilles.

Saint-Emilion et Médoc

Le constat est encore plus préoccupant pour les vins de Saint-Emilion. "On a la gueule de bois. Partout, c'est la désolation. Chez nous, on a 80% du vignoble touché par le gel. C'est tout le travail qui est anéanti", a constaté samedi Jean-François Galhaud, président du Conseil des vins de Saint-Emilion.

Dans la nuit du 20 au 21 avril puis du 27 au 28 avril, les températures sont descendues parfois jusqu'à -5°C: plus de la moitié des vignes dans toutes les appellations du Bordelais ont été touchées. D'avis de vignerons, on n'avait pas connu un gel d'une telle ampleur depuis 1991 !

Dans le Médoc, Listrac a été très frappé à près de 90%, tandis que Pauillac, Saint-Julien et Saint-Estèphe s'en sortent grâce à l'estuaire qui a limité la baisse des températures. Pomerol, Blaye, les Côtes de Bourg, l'Entre-deux-mers ou encore Sauternes sont très impactés.

Certaines parcelles sont complètement "cramées", selon M. Galhaud, représentant de 983 viticulteurs, qui ont tous connu le gel. "C'est l'hiver", s'est-il désolé en regardant ses rangs de merlots.

Le gel a également touché le Cognac, les vins de Bergerac, du Lot-et-Garonne ainsi qu'une partie de la production agricole.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS