Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'ancien directeur du Renseignement James Clapper (à gauche) avait témoigné début mai devant une sous-commission du Sénat sur les "affaires russes".

KEYSTONE/EPA/MICHAEL REYNOLDS

(sda-ats)

L'ancien directeur du Renseignement américain James Clapper a jugé mercredi que le scandale du Watergate qui fit tomber Richard Nixon en 1974 n'était rien à côté de l'affaire des ingérences russes supposées aux Etats-Unis.

M. Clapper, qui a travaillé dans le renseignement sous tous les présidents américains de John F. Kennedy à Barack Obama, a expliqué que sa priorité avait toujours été la loyauté envers le chef de la Maison Blanche mais qu'il faisait une exception pour M. Trump.

"En tant que citoyen ordinaire, je suis très inquiet des attaques contre nos institutions venues à la fois d'une source externe - comprendre la Russie - et d'une source interne, le président lui-même", a-t-il lancé devant le club de la presse de Canberra, en Australie.

Comme on l'interrogeait sur l'affaire du Watergate, il a répondu: "Le Watergate, c'est vraiment dérisoire à mes yeux, comparé à ce à quoi nous sommes confrontés aujourd'hui".

Auditions à risque

La commission du Renseignement du Sénat américain doit entendre mercredi quatre hauts responsables pour faire le point sur l'enquête sur la campagne de piratage et d'influence russe durant la campagne présidentielle, et sur son volet le plus sensible: une éventuelle coordination entre des proches de M. Trump et Moscou. Jeudi, les élus entendront l'ancien patron du FBI James Comey, limogé le 9 mai.

M. Clapper a dit ne pas comprendre pourquoi l'entourage de Donald Trump semblait vouloir courtiser Moscou. "Je dirais que c'est inexplicable", a-t-il dit. "Il est absolument crucial pour les Etats-Unis, et pour le reste du monde, pour cette présidence, pour les républicains, pour les démocrates (...) que nous fassions la lumière sur tout ceci".

"Ligne rouge" franchie

James Comey est appelé à confirmer si M. Trump a fait pression sur lui pour orienter ou faire classer des pans de l'enquête du FBI. Des notes écrites par M. Comey et ayant fuité dans la presse indiquent que le président a franchi une ligne rouge en lui demandant d'abandonner l'enquête sur son ex-conseiller à la sécurité nationale Michael Flynn, ce qui ressemblerait à une tentative d'entrave de la justice.

"Ca va être très significatif d'entendre à la fois ce qu'il dit, les questions qu'on lui pose, et ce à quoi il ne répondra pas", a poursuivi M. Clapper.

L'ancien chef du renseignement a aussi dénoncé "la manière inexcusable" dont M. Trump a limogé M. Comey, "un fonctionnaire distingué", illustrant "son total mépris face à l'indépendance et l'autonomie du FBI". "Je suis inquiet face à ces attaques contre nos institutions".

L'intervention russe supposée durant la campagne était "inédite par son agressivité", a-t-il encore dit. "Leur premier objectif était de semer le doute, le mécontentement et la discorde au sujet de notre système politique. Ils y ont réussi, sans doute, au-delà de toutes leurs espérances".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS