Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Lea Sprunger progresse à très grandes foulées. La Vaudoise a fait exploser son record et se profile comme une candidate au podium européen à Amsterdam dans un mois.

Elle a réussi une démonstration en 54''92 sur 400 m haies au meeting de Genève, 2e chrono continental de l'année. Le relais suisse féminin 4 x 100 m a lui aussi frappé fort: 43''24.

A l'arrivée, Lea Sprunger s'est pris la tête dans les mains, comme surprise par sa domination et le fait d'avoir pulvérisé de près de 7 dixièmes son ancien record. "J'avais un peu peur ces derniers temps après avoir annoncé de hautes ambitions pour cette saison (finale olympique notamment), mais là je suis dans les temps. J'avais un tel sentiment de fluidité aujourd'hui, cool...", rayonnait l'athlète du COVA Nyon. Le record de Suisse d'Anita Protti (54''25 en 1991) est dans le viseur.

Lea Sprunger a effectué toute sa course en quinze foulées entre les obstacles, une régularité et une amplitude rarissimes que seule une poignée de championnes sont jamais parvenues à tenir (cinq dans l'histoire à ce jour, selon un expert). Cela ne rapporte certes ni médaille ni record, mais constitue une rampe de lancement très solide. Car de cette parfaite répartition peut jaillir l'exploit. La Vaudoise courra encore mardi à Lucerne, puis à La Chaux-de-Fonds, avant Amsterdam.

Son coach Laurent Meuwly affichait un sourire d'autant plus large que "son" relais 4 x 100 m l'avait bluffé quelques heures plus tôt. En 43''24, Ajla Del Ponte, Sarah Atcho, Ellen Sprunger et Salomé Kora ont signé le 3e temps européen 2016. Dans une composition inédite. Certains avaient prédit la déconfiture à ce relais après les départs de Mujinga Kambundji et de Lea Sprunger. C'est presque l'inverse qui se prépare: les nouvelles, fières et ambitieuses, veulent à tout prix montrer qu'il ne fallait surtout pas enterrer le projet.

Le quatuor a pris la 2e place de la course derrière la Grande-Bretagne (42''97) et devant l'Italie. Kora a préservé de justesse cette place en se jetant sur la ligne au point de finir sa course à plat ventre sur la piste. "L'adrénaline est là. La prochaine fois, nous prendrons plus de risques dans les transmissions pour battre le record de Suisse (42''94 en 2014 à Lausanne, ndlr)", promet Sarah Atcho. Prometteur avant Amsterdam et les JO de Rio.

Jamais le relais n'avait couru dans cette composition. Del Ponte (19 ans), Atcho (21 ans) et Kora (22 ans) ont su prendre le témoin des "anciennes" beaucoup mieux que prévu. Très bien encadrées par Ellen Sprunger, seule "rescapée" des deux dernières saisons - en attendant l'éventuel retour de Marisa Lavanchy -, elles brûlent les étapes.

Pour le 4 x 100 m masculin en revanche, la météo est maussade. Pascal Mancini, Silvan Wicki, Florian Clivaz et Alex Wilson ont fini 5es en 39''75, une amélioration insuffisante de leur meilleur chrono annuel (39''82) pour leur garantir une place aux Championnats d'Europe. Ils sont sur le ballant, autour de la 16e et dernière place qualificative.

ATS