Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Jean-Marie Bornet était candidat à l'élection du Conseil d'Etat valaisan.

KEYSTONE/OLIVIER MAIRE

(sda-ats)

Le Conseil d'Etat valaisan a libéré Jean-Marie Bornet de ses fonctions pour une durée indéterminée. Selon le chef de l'information de la police cantonale, ses déclarations durant la campagne électorale sont à l'origine de cette décision.

L'affaire enflamme les réseaux sociaux depuis le début de la semaine: Jean-Marie Bornet, candidat au premier tour de l'élection du Conseil d'Etat valaisan et chef de l'information et de la prévention à la police cantonale n'a pas pu reprendre son travail au lendemain du deuxième scrutin.

"Le Conseil d'Etat a pris la décision de le libérer de son obligation de travailler", a confirmé dans plusieurs médias la présidente du gouvernement Esther Waeber-Kalbermatten, se refusant à en dire plus. Ecarté pour une durée indéterminée, Jean-Marie Bornet reste salarié.

Sur Facebook

Resté jusque-là sur sa réserve, Jean-Marie Bornet a réagi sur sa page Facebook mercredi et a confirmé à l'ats: "Les reproches formulées par le Conseil d'Etat concernent uniquement des déclarations que j'ai faites dans le cadre de la campagne électorale".

Le mouvement politique "Rassemblement citoyen Valais", qu'il copréside, a réagi mardi soir dans un communiqué: "La décision du gouvernement actuel est choquante. Elle ne respecte pas les droits politiques, le droit d'expression durant les débats (...)". Lors du premier tour, Jean-Marie Bornet avait terminé avant-dernier avec un peu plus de 17'000 voix.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS