Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le chanteur canadien Leonard Cohen a témoigné à Los Angeles au procès rocambolesque de son ancienne impresario et amante. Il l'accuse de harcèlement, indiquant lui "avoir fait confiance" avant que tous deux se brouillent.

Agé de 77 ans, l'auteur-compositeur-interprète témoigne depuis la semaine dernière à la barre du tribunal supérieur de Los Angeles à l'occasion du procès pour harcèlement de Kelley Lynch, son ex-directrice artistique.

Après 17 ans de service, l'artiste l'avait licenciée en 2004 après l'avoir accusée de lui avoir volé cinq millions de dollars alors qu'il vivait dans un monastère bouddhiste en Californie. L'auteur de "Suzanne" l'avait attaquée en justice l'année suivante et avait obtenu gain de cause: Mme Lynch avait été condamnée à lui verser 9,5 millions de dollars.

Depuis, Kelley Lynch, 55 ans, a envoyé bon nombre de courriels et d'appels téléphoniques à l'artiste et au tout venant, tous plus insultants les uns que les autres.

Certains de ces messages ont été lus à haute voix par Leonard Cohen devant le tribunal, à la demande du juge. "Leonard Norman Cohen devrait être conduit devant un peloton d'exécution et fusillé", indique l'un d'eux.

Mme Shelley accuse aussi son ancien compagnon d'être un voleur, avide d'argent et accro à la drogue, avant de mettre en doute ses performances sexuelles. "Il a un pénis minuscule, voire inexistant", écrit-elle dans un autre message adressé... au fisc.

Lors de son témoignage, M. Cohen a indiqué que tous deux avaient pourtant été intimes. "Je l'ai embauchée pour être mon impresario en 1988 ou 1989, pour s'occuper de mes affaires... Je lui ai fait confiance". "Nous avons eu une relation intime, oui. Qui a compris des relations sexuelles, oui", a-t-il ajouté, soulignant: "Je ne me rappelle plus quand tout cela s'est terminé. Comme beaucoup d'histoires, cela s'est juste évaporé".

ATS