Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les journées de rencontres et les échanges de classes représentent les expériences linguistiques les plus plébiscitées par les élèves en 2014-2015 (image symbolique).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

Les écoliers de Suisse ont été un tiers plus nombreux à participer à un échange dans une autre région linguistique du pays durant l'année scolaire 2014-2015. Les échanges en et hors Europe ont en revanche rencontré moins de succès.

Au total, environ 21'400 élèves ont réalisé un échange, alors qu'ils étaient près de 16'000 durant l'année scolaire précédente. En Suisse, ceux-ci se sont majoritairement déroulés sous forme de journées de rencontres (39%) et de croisements de classes (35%). Vingt pourcents des écoliers ont opté pour un échange par correspondance, révèlent les statistiques de la Fondation ch pour la collaboration confédérale.

Les élèves romands des cantons du Valais et de Fribourg sont ceux qui ont le plus participé à des échanges. Respectivement 3857 et 3720 expériences linguistiques avec la Suisse alémanique y ont été recensées. En comparaison, seuls environ 1200 écoliers genevois ont voulu améliorer leur allemand.

Berne champion

Du côté alémanique, le canton de Berne enregistre le nombre le plus élevé de jeunes Alémaniques souhaitant échanger avec des Romands, soit 2290. Il est suivi de celui de Zurich, où plus de 900 élèves ont participé à un échange avec la Suisse francophone. A l'inverse, Appenzell Rhodes-Intérieures n'a pas profité de l'occasion et seuls vingt jeunes Grisons ont franchi le pas.

La région de destination était dans plus de 55% des cas la Suisse alémanique. La partie francophone a été choisie pour près de 42% des échanges et 2,5% ont été réalisés en Suisse italienne.

Les échanges en Europe ont attiré plus de 4400 élèves, contre environ 5400 l'année d'avant. Les expériences linguistiques hors du vieux continent ont pratiquement reculé de moitié: 537 écoliers y ont pris part, contre 901 un an plus tôt.

Objectifs ratés

Le système des échanges devrait repartir sur de nouvelles bases dès 2017. Cantons et Confédération n'étant plus satisfaits de leur collaboration avec Fondation ch, qui a manqué ses objectifs l'an dernier, selon les pouvoirs publics, ils ont décidé au début de cette année d'y mettre fin.

En effet, l'organisation n'envoie pas assez d'élèves en échanges linguistiques dans d'autres régions suisses. Doté d'un million de francs, le contrat de prestations avec la Confédération en prévoyait 30'000 par année. Par ailleurs, la fondation a alloué quelque 87% du budget annuel au personnel, au loyer et aux frais d'exploitation, alors que seuls 10% sont destinés aux projets.

La Confédération et les cantons vont ainsi créer une nouvelle organisation commune. Elle sera chargée de l'ensemble des prestations fournies, comme l'information, les conseils, le réseautage ou l'encadrement de projets. Elle devrait être opérationnelle à partir de 2017. D'ici là, la Fondation ch poursuivra son activité.

ATS