Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Environ 40% des postes à repourvoir pour la prochaine année scolaire sont toujours vacants, selon une enquête de l'association alémanique des directeurs d'établissements scolaires VSLCH. La situation est pratiquement inchangée depuis le précédent sondage il y a deux ans.

Un total de 734 directeurs d'école ont répondu à ce questionnaire à la mi-mai, a indiqué dimanche le VSLCH, qui compte des sections dans vingt cantons, y compris le Haut-Valais et Fribourg. La situation est la même dans toute la Suisse alémanique mais des différences apparaissent selon le degré d'enseignement.

Environ un tiers des directeurs ont beaucoup de peine à trouver des enseignants d'école enfantine. La situation est particulièrement critique au niveau secondaire I: ici, 60% des sondés ont de grandes difficultés à repourvoir les postes.

Mais c'est chez les enseignants spécialisés que la situation est la plus dramatique: neuf directeurs sur dix la décrivent comme très difficile voire désespérée.

Moins qualifiés

De nombreux directeurs sont ainsi contraints d'engager des personnes ne possédant pas toutes les qualifications requises, déplore le VSLCH. Une baisse de qualité, qui engendre une charge de travail supplémentaire pour les établissements, peut conduire à des licenciements et renforce la spirale négative.

Ces prochaines années en outre, de nombreuses mises à la retraite sont attendues, de même qu'une augmentation des effectifs d'élèves, de 8% à 11% dès 2012. Le VSLCH invite les autorités et partis à s'engager pour la qualité de l'école et à ne pas mettre en péril les mesures prises pour lutter contre la pénurie par des programmes d'économies.

ATS