Navigation

Les émotions de Tristan Scherwey

Ce contenu a été publié le 19 mai 2018 - 23:41
(Keystone-ATS)

Tristan Scherwey s'est distingué face au Canada. Auteur du premier but et constamment dangereux, le Fribourgeois affiche une forme de rêve.

Le trophée du meilleur joueur côté suisse est logiquement allé garnir le casier de Leonardo Genoni, mais Tristan Scherwey mériterait une part de la récompense. Inlassable bosseur, vocal sur le banc, l'ailier bernois joue le tournoi de sa vie avec des émotions canalisées. "C'est incroyable, décrit-il. Les émotions sont très hautes. Tout le monde a ressenti le bien qu'a procuré la victoire contre la Finlande. On voulait revivre ça aujourd'hui, on savait que ça allait être difficile. Quand c'était dur, on a fermé la maison et bloqué les shoots. Maintenant c'est la finale et c'est fantastique."

Pitbull sur patin, mais d'une gentillesse et d'une disponibilité rare à l'interview, le numéro 60 ne veut pas en rester là: "On va tout donner. On veut montrer une réaction contre cette Suède qui nous a battus en phase préliminaire. Il y a quelque chose de bien à faire contre eux et il faudra être prêt dès le début."

Très introspectif et probablement très critique envers lui-même, Tristan Scherwey a franchi un cap. Quand on lui demande s'il se sent meilleur que jamais, le Fribourgeois transpire l'humilité: "Le plus important c'est ce que je pense de moi. Après, j'essaie de me reconstruire pour chaque match, de savoir quel est mon rôle, d'amener un maximum durant la partie. La confiance monte au fil des victoires et c'est incroyable de vivre ces moments-là. J'accepte mon rôle pour le bien de l'équipe et de le faire le mieux possible."

Des Canadiens dégoûtés

Dans les rangs canadiens, on a peu goûté cette défaite face à un pays à peine visible sur un globe terrestre. "Le gardien était bon, a lancé le défenseur des San Jose Sharks, Marc-Edouard Vlasic. On a eu beaucoup de tirs dangereux. On aurait dû trouver une façon de marquer le troisième et le quatrième. De notre part, deux buts c'est inacceptable. Perdre contre la Suisse aussi c'est inacceptable. On a perdu mais dans le futur cela ne doit pas se reproduire. On savait qu'ils étaient bons, qu'ils étaient opportunistes. Ils ont un lancer en troisième et ils ont scoré. Nous on lance 25 fois et on ne marque qu'une fois. Mais ça arrive sur un match. Sauf que même là, il faut trouver un moyen de gagner."

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article