Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - L'Union des étudiants de Suisse (UNES) a lancé une initiative pour harmoniser les montants des bourses d'études en Suisse. Malgré les efforts entrepris, de grandes différences subsistent entre les cantons sur les aides à la formation, estime l'organisation.
Les étudiants ont reçu l'appui de personnalités du monde académique, pour leur lancement de leur texte. Le recteur de l'Université de Lausanne Dominique Arlettaz a ainsi rappelé que le système d'études helvétique est très sélectif en comparaison avec l'étranger.
Seuls 32% des jeunes Suisses obtiennent un certificat de maturité. "C'est très peu car la moyenne de l'OCDE est légèrement supérieure à 60%", selon le recteur lausannois. Pour arriver dans une haute école, un jeune doit donc affronter une sélection sévère. L'enseignement supérieur se voit réservé "aux rejetons des familles aisées", abonde le conseiller national Jacques Neirynck (PDC/VD), professeur honoraire de l'EPFL.
La question des bourses d'études concerne aussi la formation professionnelle, a rappelé Jean-Christophe Schwaab, secrétaire central de l'Union syndicale suisse (USS). Près de 20'000 apprentis et élèves d'écoles professionnelles bénéficient de subsides.
Le texte déposé par l'UNES veut ancrer dans la constitution le financement des bourses d'études comme tâche de la Confédération. L'initiative demande qu'un "standard minimal" soit garanti durant une formation dans les hautes écoles. Les cantons sont responsables de la mise en oeuvre de ces dispositions.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS