Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'accès à Internet reste encore peu élevé dans les pays les moins avancés mais des améliorations sont constatées dans celui aux téléphones mobiles (archives).

KEYSTONE/AP/A.M. Ahad

(sda-ats)

Environ 70% des habitants des 47 pays les moins avancés (PMA) ont désormais un abonnement à un téléphone portable et tous ces pays disposent de la 3G. L'ONU a salué mercredi à Genève des "avancées impressionnantes" vers un accès à Internet pour tous d'ici 2020.

Plus de 60% de la population de ces pays peut accéder à un réseau 3G, se félicite l'Union internationale des télécommunications (UIT) dans un rapport conjoint avec le bureau de la Haute représentante de l'ONU pour les PMA. Et 700 millions de personnes disposent d'un abonnement mobile.

Ces Etats sont également bien partis pour honorer l'un des Objectifs du développement durable (ODD) d'une couverture à 97% du haut débit mobile et de tarifs accessibles pour un accès à Internet.

Pour autant, le souhait de voir tous les citoyens en ligne et à un coût raisonnable d'ici 2020 reste éloigné. Il y a quelques mois, l'UIT expliquait encore que la moitié de la population mondiale n'avait pas encore un tel accès et que seuls 18% des habitants des PMA en bénéficiaient.

Nombreux acteurs ciblés

Mais le rapport publié mercredi souligne quelques avancées en terme d'infrastructures. Plus de 80% de la population dans ces pays se trouve désormais dans des zones où un réseau mobile existe.

Le secrétaire général de l'UIT Houlin Zhao salue la reconnaissance importante des autorités des PMA du besoin d'un "engagement fort" des gouvernements. Notamment pour établir un cadre qui facilitera un Internet pour tous. La Haute représentante Fekitamoeloa Katoa Utoikamanu a elle appelé l'ONU, les Etats, le secteur privé et la société civile à collaborer pour réduire le fossé numérique.

L'accès grandissant aux technologies de l'information et de la communication (TIC) va améliorer l'innovation, l'éducation, le climat d'affaires et la santé dans les PMA. Lundi, le directeur général de l'Association mondiale des opérateurs de téléphonie mobile soulignait que cette connectivité peut permettre d'enregistrer plus d'un milliard de personnes dont l'identité n'est pas connue des autorités.

Parmi elles se trouve un tiers des enfants de moins de 5 ans dans le monde. Les pays en développement sont par ailleurs particulièrement affectés.

Le rapport recommande aux gouvernements d'adopter des plans pour étendre les compétences numériques mais aussi pour diminuer l'impact de facteurs indépendants des TIC. Il demande encore de favoriser la concurrence dans le secteur technologique, de lancer des infrastructures locales d'accès à Internet ou encore d'adopter des incitations fiscales.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS