Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

En Suisse romande, les actes antisémites sont de plus en plus violents. Ce constat a été établi par la CICAD (Coordination intercommunautaire contre l'antisémitisme et la diffamation) dans son rapport 2011 sur la situation de l'antisémitisme dans les cantons francophones.

Cette gradation dans la violence provoque une assez grande inquiétude au sein des communautés juives, a relevé le président de la CICAD Alain Bruno Lévy. Au total, cinq actes antisémites graves ont été recensés l'an dernier en Suisse romande.

A Lausanne, c'est le passage à tabac de l'assistant d'un rabbin par trois individus qui a suscité la consternation, alors qu'à Genève, c'est ce juif orthodoxe poignardé en pleine rue en décembre devant le Museum d'histoire naturelle qui a marqué les esprits.

Menaces de mort

La CICAD n'est pas épargnée par les attaques. Johanne Gurfinkiel, le secrétaire général de l'association, a reçu à deux reprises l'an dernier des menaces de mort. L'un des auteurs de ces menaces comptait d'ailleurs parmi les agresseurs de l'assistant du rabbin.

M. Lévy a aussi constaté la résurgence des préjugés sur les juifs. La théorie de la conspiration refait surface, notamment via internet. Le conflit du Moyen-Orient alimente aussi le courant antisémite.

L'implantation de plus en plus forte de groupuscules d'extrême droite en Suisse romande ne manque pas non plus de préoccuper M. Lévy. Ces mouvances, à l'image du groupe "Genève non conforme", semblent redoubler d'activités sur la toile.

Recommandations à la presse

La CICAD relève aussi dans son rapport la responsabilité des médias qui hébergent des blogs tendancieux sur le web ou qui ne contrôlent pas assez le continu des contributions apportées par les internautes sur leur site internet.

En 2011, la CICAD a recensé 5 actes antisémites graves en Suisse romande, 6 actes sérieux et 119 actes préoccupants, soit un total de 130 cas. En 2010, le nombre d'actes antisémites relevés par la coordination se montait à 104, après une pointe à 153 en 2009.

ATS