Navigation

Les acteurs du Grand Fribourg continuent d'en dévoiler les contours

Le projet de Grand Fribourg continue de se révéler au public domaine par domaine (archives). KEYSTONE/ADRIEN PERRITAZ sda-ats
Ce contenu a été publié le 29 mars 2019 - 12:58
(Keystone-ATS)

Les acteurs chargés de penser le futur Grand Fribourg dévoilent les volets de la fusion touchant à l'entretien et la technique. Ils veulent profiter de la réunion des neuf communes pour repenser toute une série d'aspects de la vie quotidienne.

Les groupes de travail en révèlent les contours par domaines. Après les finances, l'histoire et l'identité il y a une semaine, la politique et l'administration lundi, c'était au tour vendredi des aspects d'entretien et techniques d'être présentés à Givisiez. Le projet de Grand Fribourg ambitionne la création d'une commune de 74'000 habitants.

Le groupe de travail touchant à l'entretien a exploré les domaines de l’édilité (magistrature communale), de l’aménagement et de l’entretien des espaces publics, des espaces verts et de l’éclairage public. Ses réflexions ont débouché sur une série de propositions tournant autour de trois idées fortes.

Centralisation et délocalisation

Tout d’abord, le domaine devra disposer d’une direction centralisée, mais d’une organisation délocalisée, par secteurs. Ensuite, la future commune se caractérisera par sa capacité à intégrer et à préserver les éléments naturels. Enfin, le secteur devra contribuer à la mise à disposition d’espaces publics conviviaux et sûrs.

Concrètement, il est proposé d'agir sur trois plans: créer des places de jeux et de sports urbains sur l’ensemble du territoire, aménager les abords des rivières dans le respect de la biodiversité et arboriser les places publiques.

Le groupe de travail, dans sa volonté de soutenir un retour de la nature dans le périmètre, veut diminuer le recours aux herbicides au profit d’un engagement accru de l’humain et des méthodes mécaniques. Dans le prolongement, il ambitionne de réduire la quantité de sel épandue sur les routes durant l’hiver, actuellement 1000 tonnes par an.

"L’entretien doit aussi contribuer au sentiment de sécurité, notamment grâce à de nouvelles techniques d’éclairage public", ont expliqué les responsables devant la presse. Il ressort des travaux présentés un souci du détail auquel le groupe s'intéressant à la dimension technique n'échappe pas.

Aspects techniques

Ce dernier a exploré les domaines de l’énergie, des fluides, des déchets, des sapeurs-pompiers, de la police locale, du parc immobilier et des véhicules. Il y voit un potentiel intéressant d’harmonisation et d'amélioration des prestations à la population.

L'idée consiste à miser sur les énergies renouvelables et à viser le label Cité de l’énergie maximum. Les membres du groupe recommandent la mise en place de concepts uniques et harmonisés pour la gestion de l’énergie, des fluides et pour le ramassage des déchets et contre le littering, à savoir le dépôt sauvage de déchets.

Dans la phase de transition entre les neuf communes du périmètre et la commune fusionnée, il s'agira d’éviter une hausse significative du prix de l’eau. C'est pourquoi le groupe de travail invite les communes à anticiper les changements réglementaires déjà prévus par la loi, notamment sur le plan de la gestion des déchets.

Il est par ailleurs proposé une commune sans taxe non-pompier et une réunion des corps de police locale cherchant à assurer un service de police de proximité de qualité et décentralisé. Les membres du groupe de travail voient encore dans la fusion l’opportunité de disposer d’une gestion centralisée du parc immobilier.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.