Toute l'actu en bref

Trois Français, deux Australiens, un Canadien, un Espagnol et un Britannique ont été tués dans l'attentat perpétré samedi soir à Londres (archives).

KEYSTONE/AP/MARKUS SCHREIBER

(sda-ats)

L'attentat perpétré samedi soir à Londres dans lequel huit personnes ont été tuées aurait pu être encore plus meurtrier. Les trois assaillants ont tenté en vain de louer un camion de 7,5 tonnes.

Le jour de l'attentat, Khuram Shazad Butt a effectué des démarches sur internet pour essayer de se procurer un camion, mais "la procédure de paiement a échoué", a expliqué Dean Haydon, le chef de l'unité anti-terrorisme de Scotland Yard. Avec un tel poids lourd, "les effets auraient pu être bien pires.

Une dizaine de cocktails Molotov ont été retrouvés en outre dans le coffre de la camionnette blanche finalement utilisée pour faucher des piétons (dont trois mortellement) sur le London Bridge, a précisé Dean Haydon à des journalistes.

Les agresseurs ont ensuite utilisé des couteaux en céramique pour poignarder des gens au hasard dans le quartier voisin de Borough Market, tuant cinq personnes supplémentaires. Les services de secours ont également décompté 48 blessés.

"Nous avons besoin d'en savoir davantage à propos de ces couteaux peu communs. D'où viennent-ils ? Où les assaillants ont-ils pu se les procurer ?", s'interrogent les enquêteurs. La police a publié des images de ces armes longues de trente centimètres, de couleur rose et de marque Ernesto, afin d'obtenir des informations sur leur provenance auprès du grand public.

Rencontre

Le groupe Etat islamique a revendiqué l'attaque mais aucun indice ne permet pour le moment de lier Khuram Shazad Butt, un Britannique né au Pakistan, Youssef Zaghba, italo-marocain, et Rachid Redouane, qui avait des liens avec la Libye, le Maroc et l'Irlande, à un commanditaire au Royaume-Uni ou à l'étranger.

"Nous ne recherchons pas de réseau plus large", a dit Haydon, ajoutant que l'enquête cherchait toujours à établir comment les trois hommes s'étaient rencontrés. "Comment se connaissaient-ils? C'est un groupe disparate", a-t-il déclaré.

Les policiers pensent également avoir localisé le logement où a été organisée l'attaque, à l'une des adresses qui a été perquisitionnée, dans le quartier de Barking, dans l'est londonien. Un Coran ouvert à une page sur le martyr y a aussi été retrouvé.

Enquêtes internationales

Selon Dean Haydon, 262 dépositions de personnes issues de 19 pays différents ont été enregistrées et plusieurs enquêtes internationales liées aux suspects et aux victimes sont en cours. Au total, la police a mené des recherches dans 12 logements dans les quartiers de Barking et d'Ilford et a arrêté 18 personnes. Cinq personnes sont toujours en garde à vue, et treize ont été libérées sans poursuites.

Trois Français, deux Australiens, un Canadien, un Espagnol et un Britannique ont été tués dans l'attentat, le plus meurtrier survenu à Londres depuis les attentats de juillet 2005, quand 52 personnes avaient été tuées dans les transports de la capitale.

L'attentat est survenu une dizaine de jours après l'attaque de Manchester, dans laquelle 22 personnes ont été tuées à la sortie d'un concert de la chanteuse Ariana Grande le 22 mai dernier.

ATS

 Toute l'actu en bref