Toute l'actu en bref

Le projet de réforme vise à grandement simplifier le code fiscal et le nombre de tranches d'imposition qui passeraient de sept à trois (image symbolique).

KEYSTONE/AP/MARK LENNIHAN

(sda-ats)

Avec la réforme des impôts ambitionnée par l'administration Trump, l'Américain moyen pourra bientôt remplir sa déclaration d'impôts sur le format "d'une grande carte postale", a déclaré lundi le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin.

Le projet de réforme vise à grandement simplifier le code fiscal et le nombre de tranches d'imposition qui passeraient de sept à trois. M. Mnuchin a réaffirmé lundi que la refonte des impôts viserait "des réductions pour les revenus moyens" et un taux d'imposition pour les sociétés "plus compétitif" que celui de 35% actuellement en vigueur.

Au cours de la campagne électorale, Donald Trump avait promis de faire tomber ce taux d'imposition des entreprises à 15%, une promesse qu'il vient de redemander à son équipe de tenir, a affirmé lundi le Wall Street Journal.

Des "milliers de milliards" à rapatrier

L'administration Trump entend aussi "faire revenir des milliers de milliards de dollars sur le territoire américain", a dit M. Mnuchin. Elle veut attirer de nouveau aux Etats-Unis les multinationales qui ont établi leur siège à l'étranger pour bénéficier de conditions fiscales plus avantageuses ou qui évitent, via des filiales et des procédés comptables, de rapatrier leurs bénéfices dans le pays.

M. Mnuchin a répété que cette réforme des impôts "se financerait d'elle-même grâce à la croissance" que l'administration républicaine promet à 3% (au lieu de 1,6% en 2016). "Le président est très déterminé à ce que nous atteignions une croissance de 3%, voire plus", a dit M. Mnuchin.

L'administration américaine devrait annoncer mercredi "des détails supplémentaires" sur son vaste projet de réforme fiscale, a précisé M. Mnuchin lundi depuis la Maison Blanche.

Donald Trump avait affirmé vendredi qu'il présenterait dès mercredi la réforme des impôts alors que quelques jours plus tôt son secrétaire au Trésor avait déclaré que ce projet de loi serait "probablement un peu retardé" et que son adoption avant l'été n'était "pas réaliste".

ATS

 Toute l'actu en bref