Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le safran de Mund (VS) devient rare. Les années se suivent et se ressemblent. Le volume de récolte diminue. Il a à peine atteint un kilo cette année. La guilde du safran s'interroge sur les raisons de cette baisse de productivité.

Les conditions semblaient cette année idéales, a indiqué lundi à l'ats une porte-parole de la guilde du safran, confirmant une information du "Walliser Bote". Les premières fleurs sont sorties de terre à mi-septembre. La récolte a rarement pu débuter aussi tôt.

La récolte 2011 n'a pourtant atteint que la moitié du volume moyen enregistré depuis la création de la guilde en 1979. Elle est en baisse pour la troisième année consécutive. L'inquiétude n'est pas d'ordre financier car même à 17'000 francs le kilo, le safran ne fait vivre personne à Mund.

La guilde s'inquiète surtout du risque de disparition d'une culture traditionnelle. D'autant que les champs qui ont par le passé fourni les meilleures récoltes sont ceux qui ont produit le moins cette année.

Bulbes à l'étude

La problématique de l'adaptation des oignons de crocus au sol de Mund est à l'étude. Une parcelle a été plantée avec des bulbes de diverses provenances: Espagne, Maroc, France et Cachemire. Ceux d'Espagne semblent tirer leur épingle du jeu pour le moment.

Des oignons achetés l'an dernier en Italie ont abondamment fleuri la première année, précise la guilde. Ils n'ont presque rien donné cette saison. Il est pour le moment difficile de savoir avec certitude si ces plantes ont des difficultés d'acclimatation. Il faut attendre au moins trois ans avant de se prononcer.

La guilde soulève aussi le problème de la fauche des champs. L'herbe ne devrait pas être coupée avant le mois de juin. La partie hors sol du crocus doit entièrement périr pour permettre au bulbe de se séparer, précise la guilde. Il faut laisser à la plante le temps d'effectuer son cycle naturel de reproduction.

ATS