Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les arrivées illégales de migrants en Grèce ont fortement diminué le mois dernier, avec sans doute moins de 100'000 personnes enregistrées, a déclaré vendredi une porte-parole de Frontex. En octobre, ils étaient deux fois plus nombreux.

La porte-parole de l'agence chargée de la protection des frontières extérieures de l'Union européenne (UE) a précisé que le chiffre définitif n'avait pas encore été arrêté.

Elle a mis cette baisse sur le compte de la détérioration des conditions climatiques en mer Egée en ce début d'hiver. Car l'accord conclu entre l'UE et la Turquie fin novembre pour endiguer l'afflux de migrants n'a pas encore eu le temps de produire des effets.

Il n'y a eu qu'un peu plus de 5000 arrivées de migrants en Grèce pendant la dernière semaine de novembre, a-t-elle souligné.

Contrôles renforcés

Athènes, accusée de laxisme face à l'afflux de réfugiés vers l'Europe, est passée à la vitesse supérieure pour mieux encadrer le transit par son territoire, tout en excluant de pouvoir le stopper. Elle a renforcé le filtrage policier des passages ainsi que les contrôles à l'arrivée sur les îles de l'Egée, donné son feu vert aux renforts de Frontex et délivré un appel à l'aide humanitaire de l'UE.

Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, a reconnu vendredi que son pays avait tardé à réagir face à l'afflux migratoire. Il a cependant soutenu que tous les arrivants étaient désormais enregistrés dans le pays, après une mise en cause de la Commission européenne sur ce point.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS