Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Les athlètes, nouvelles victimes de la crise financière en Grèce

Athènes - La grave crise financière liée à l'endettement public de la Grèce touche aussi les sportifs. En premier lieu, les athlètes médaillés aux jeux Olympiques de Pékin en 2008, qui n'ont toujours pas touché les primes promises par le gouvernement.
La loi promet en effet une prime gouvernementale de 150'000 euros (plus de 200'000 francs) pour une médaille d'or, 100'000 pour une médaille d'argent et 70'000 pour une médaille de bronze.
"Quand nous avons remporté nos médailles en 2008, ils se pressaient tous pour avoir leur photo avec nous. Aujourd'hui, les mêmes politiciens ne nous répondent plus au téléphone", a dénoncé Alexandros Nikolaidis, médaille d'argent chez les plus de 80 kg au taekwondo.
Pigi Devetzi, médaille de bronze du triple saut féminin, a déclaré au quotidien athénien Ethnos qu'elle et six autres médaillés de Pékin envisageaient de porter l'affaire devant les tribunaux.
Et la crise menace aussi les médailles à venir. Selon le site internet sportif Contra.gr, le Comité olympique grec (COG) s'inquiète du désengagement de l'Etat dans la préparation pour les Jeux de 2012 à Londres.
"Nous avions convenu avec le gouvernement qu'ils verseraient 30 millions d'euros d'ici à 2012 pour les athlètes, mais nous n'avons reçu que des petites sommes l'année dernière, et maintenant le gouvernement dit qu'il n'y a plus d'argent à donner", a expliqué à Contra.gr Spyros Kapralos. Le président du COG cherche désormais des sponsors privés.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.