Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Malgré un environnement de marché "incertain", les banques cantonales suisses ont pu améliorer leur rentabilité au premier semestre. Les 24 établissements ont dégagé un bénéfice net cumulé de 1,5 milliard de francs, en hausse de 9,8% sur un an.

Le résultat brut, reflet de la performance opérationnelle, a pour sa part grimpé de 3,1%, à 2 milliards de francs, indique mercredi l'Union des banques cantonales suisses (UBCS) dans un communiqué. Cette dernière se réjouit de ces résultats, obtenus malgré un environnement marqué par le faible niveau des taux d'intérêt, ainsi que par l'abolition du taux plancher de l'euro.

A fin juin, la somme du bilan s'élevait à 561,6 milliards de francs, en hausse de 3,7%. Les prêts à la clientèle ont eux augmenté de 1,6% à 394,6 milliards, les créances hypothécaires constituant le plus gros poste avec 337,8 milliards. Les avoirs des clients totalisent 347,2 milliards (+1,6%).

Bonne adaptation

Au cours du premier semestre, les 24 banques cantonales ont enregistré un résultat des opérations d'intérêts - leur principale source de revenus avec une part de 61,1% - en légère baisse de 0,4% à 2,6 milliards de francs. "Cela prouve que le groupe s'est bien adapté aux défis du contexte des taux d'intérêt bas", souligne l'UBCS.

Le résultat des opérations de commissions et de prestations de services a augmenté de 2%, atteignant 1 milliard de francs. Suite à l'abandon du taux plancher, l'activité de négoce a elle bénéficié d'un environnement de marché plus volatil et d'un accroissement du volume de transactions en devises. Dans un tel contexte, le résultat des opérations de négoce a progressé de 35,2%, à 505,5 millions.

Au total, les produits d'exploitation se sont élevés à 4,3 milliards de francs, soit 3,1% de mieux qu'à la même période de l'année précédente.

Les charges d'exploitation ont grimpé de 3,2% à 2,3 milliards de francs, les coûts de personnel atteignant quelque 1,5 milliard (+2,6%) et constituant la principale charge. Au cours du premier semestre, les effectifs en équivalent plein-temps ont augmenté de 1%, passant à 18'401 collaborateurs. Le rapport coûts/revenus s'établit à 53,2%.

Stabilité attendue

L'évolution des affaires au cours du second semestre sera largement tributaire du développement ultérieur sur les marchés financiers et monétaires, note l'UBCS. En l'absence de modifications substantielles des conditions-cadre, la majorité des banques cantonales tablent sur des résultats annuels comparables, voire légèrement supérieurs à ceux de l'an dernier.

ATS