Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Zurich - Les banquiers centraux et régulateurs ont trouvé dimanche un accord sur une vaste réforme du secteur bancaire. Ce plan prévoit notamment un relèvement des fonds propres des établissements financiers, dans un effort pour renforcer leur solidité face à de futures crises.
Ce texte, officieusement appelé "Bâle III", contribuera "à la stabilité financière à long terme" et "à la croissance", a déclaré Jean-Claude Trichet, président de la Banque centrale européenne (BCE) et du groupe des gouverneurs et des dirigeants des autorités de supervision, dans un communiqué.
Parmi les mesures phares, ce texte prévoit un renforcement du ratio de fonds propres des banques, l'un des plus importants indicateurs permettant de mesurer la solidité financière des établissements.
Triplement des fonds propres
Les banques devront relever le ratio minimum de fonds propres "durs", la part la plus solide des fonds propres composé d'actions et de bénéfices mis en réserve, de 2% actuellement à 4,5% des actifs. S'ajoute à cela un amortisseur financier supplémentaire de 2,5%, qui relève le total des fonds propres "durs" à 7%.
Le ratio de fonds propres "tier 1" sera quant à lui relevé de 4% à 6%. Ces mesures doivent entrer progressivement en vigueur à partir du 1er janvier 2013 pour une application d'ici 2015 et une mise en place définitive en 2019.
Ce paquet de réformes, qui va également introduire de nouvelles normes sur les liquidités, doit encore être avalisé lors de la réunion des dirigeants du G20 en novembre à Séoul, a précisé la Banque des règlements internationaux (BRI) à l'issue de cette réunion à son siège de Bâle.
Accord "indispensable"
"Les accords conclus aujourd'hui permettent un renforcement essentiel des standards internationaux en matière de fonds propres", a souligné M. Trichet.
Cet accord était "indispensable", a estimé le vice-président de l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA), Daniel Zuberbühler. Il "rendra le système financier mondial plus résistant face à de futurs chocs", a renchéri le président de la Banque nationale suisse (BNS), Philipp Hildebrand.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS