Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

En matière d'investissements durables, les grandes banques, ici à l'image les sièges d'UBS et Credit Suisse à Zurich, sont certes actifs d'une manière ou d'une autre, mais la plupart des acteurs considèrent plutôt ce domaine comme un marché de niche (archives).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

Marché en pleine croissance, les investissements durables, demeurent considérés comme un marché de niche par les banques suisses, selon une étude. Les établissements helvétiques risquent bien de perdre du terrain dans le domaine en comparaison internationale.

Les investissements basés sur des considérations d'ordre social et écologique affichent un véritable boom. Entre 2012 et 2014, les projets et technologies durables ont affiché un afflux d'argent plus que doublé. Les placements dans des entreprises affichant de hauts standards en matière sociale ou une gestion efficiente des ressources se sont envolés de 80% durant ce laps de temps.

Toutefois, cette croissance n'a pour l'heure pas nécessairement attiré les banques suisses, constate le Swiss Finance Institute dans une étude publiée lundi. D'une manière ou d'une autre, les grands établissements sont certes actifs dans le domaine, mais la plupart des acteurs le considèrent plutôt comme un marché de niche.

Les banques helvétiques risquent ainsi de perdre du terrain en comparaison internationale, affirment les auteurs de l'étude. Outre le faible intérêt des établissements pour cette thématique, ils mettent aussi en exergue "le silence remarquable" des grandes associations faîtières, comme par exemple l'Association suisse des banquiers (ASB).

Vif intérêt de l'administration

Le centre national de recherche et de formation en finance fondé par la Confédération, plusieurs universités suisses et le secteur financier constatent cependant un vif intérêt de l'administration fédérale pour le domaine. Mais celle-ci hésite encore à intervenir de manière active.

Les auteurs de l'étude attribuent la retenue des banques helvétiques en matière d'investissement durable du fait de la complexité de ce domaine et d'un manque de standards. Ils appellent les établissements, mais aussi les associations faîtières à élaborer une stratégie dans ce domaine.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS