Navigation

Les banques toujours fermées, les marchés retrouvent leur calme

Ce contenu a été publié le 26 mars 2013 - 19:24
(Keystone-ATS)

Les banques de Chypre sont restées fermées mardi, pour le onzième jour consécutif. La crainte d'une fuite massive de capitaux demeure malgré l'annonce d'un plan de sauvetage européen, encore loin d'avoir calmé toutes les incertitudes sur l'île et en Europe.

Première victime de ce plan drastique de réduction du secteur bancaire chypriote, Andreas Artemis, président de Bank of Cyprus, la plus importante du pays, a démissionné. L'île a conclu lundi avec les bailleurs de fonds un accord prévoyant une restructuration drastique de son secteur bancaire en contrepartie d'un prêt de 10 milliards d'euros pour sauver l'île de la faillite.

La deuxième banque du pays, Laiki banque, va disparaître, et les comptes de la Bank of Cyprus dépassant 100'000 euros vont subir une importante ponction. Les banques toujours fermées, les marchés retrouvent leur calme. Selon des sites Internet locaux, M. Artemis a renoncé à ses fonctions pour protester contre les modalités d'absorption par Bank of Cyprus de Laiki Bank.

Ouverture des banques reportée

Des agents de sécurité sont postés devant certaines banques. Le ministre chypriote des Finances Michael Sarris a finalement décidé de reporter à jeudi la réouverture des banques, fermées depuis le 16 mars.

La Banque centrale a dit mener des "efforts surhumains" pour permettre la réouverture des banques. Le président Nicos Anastasiades va nommer une commission composée d'experts, de députés et de ministres pour faire face à la crise. Une équipe sera mise en place au sein de chaque ministère et des démarches entreprises pour faire baisser le prix de l'électricité.

M. Sarris a répété que ces sacrifices étaient nécessaires pour éviter une "catastrophe totale" en cas de sortie de l'euro. Chypre redoute une fuite massive des capitaux, en particulier étrangers, dès que les clients pourront à nouveau faire des transferts sur Internet ou se rendre au guichet.

Ce plan, qui a permis à Chypre de sauver in extremis sa place dans l'euro, a été plutôt bien accueilli par les marchés qui ont retrouvé un peu de sérénité. Les principales bourses européennes ont clôturé en timide hausse, à l'exception des bourses de Madrid, Milan et Athènes.

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?

Votre abonnement n'a pas pu être enregistré. Veuillez réessayer.
Presque fini... Nous devons confirmer votre adresse e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail que nous venons de vous envoyer pour achever le processus d'inscription.

Découvrez chaque semaine nos articles les plus intéressants.

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir gratuitement nos meilleurs articles dans votre boîte de réception.

Notre politique de confidentialité SSR fournit des informations supplémentaires sur le traitement des données.