Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Ville de Bienne sera privée de budget au début de l'année prochaine. A l'issue d'une campagne animée, les citoyens ont nettement refusé dimanche les deux variantes de budget qui intégraient chacune une hausse des impôts.

Le Conseil municipal doit maintenant préparer une nouvelle version du budget 2016 qui sera soumis au législatif puis au peuple. Une votation ne devrait toutefois pas avoir lieu avant le mois d'avril. D'ici là, seuls les investissements indispensables pourront être consentis.

Pour les autorités biennoises, l'issue de cette votation donne une image négative de la ville, notamment auprès de potentiels investisseurs. Bienne a déjà connu pareil scénario par le passé.

Double refus

La variante I du budget qui présentait un déficit de 2,9 millions de francs avec une hausse de la fiscalité d'un dixième (1,53 à 1,63) a été refusée par 5126 voix (59,47%) contre 3494 oui (40,53%). La participation n'a atteint que 29,9%.

La variante II du budget débouchait elle sur un léger bénéfice de 130'000 francs grâce à une hausse plus élevée de l'impôt de 1,5 dixième (1,53 à 1,68). En contrepartie, elle prévoyait des subsides pour les camps de ski, la ludothèque et la Colonie de cygnes de 40'000 francs chacun. Elle a été rejetée plus nettement encore, par 73% des votants.

Victoire de la gauche

Les deux versions du budget prenaient en compte les décisions prises par le législatif dans le cadre de l'assainissement des finances. C'est pour cette raison que la gauche et le comité "Bienne pour tous", qui regroupe des institutions culturelles et sociales, ont recommandé le rejet des deux versions du budget.

Les opposants estimaient que ce budget de rigueur aurait pénalisé les plus faibles et privé des institutions sociales et culturelles d'une partie de leurs subsides. Durant la campagne, le Parti socialiste (PS) et les Verts ont affirmé que ce budget s'attaquait au service public et qu'il contribuait au démantèlement des prestations.

Les partis bourgeois prônaient le double oui malgré cette hausse d'impôt. A la question subsidiaire, ils recommandaient de soutenir la variante avec la plus faible hausse fiscale. L'UDC recommandait de n'accepter que cette variante. La droite estimait que le budget 2016 s'inscrivait dans la politique d'assainissement.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS